Construire le monde du hardcore

Müller, Alain

Seismo. Genève et Zurich : Seismo, 2019

(Terrains des sciences sociales)

ISBN: 978-2-88351-715-8

Invitation à un voyage ethnographique dans le monde du hardcore punk, cet ouvrage explore la pluralité des pratiques qui sous-tendent l’existence de cette « subculture musicale ». Une minutieuse enquête multisituée et itinérante de plus de dix ans permet à l’auteur de conduire le lecteur dans les galeries les plus locales de cette scène underground. Du quatrième... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Invitation à un voyage ethnographique dans le monde du hardcore punk, cet ouvrage explore la pluralité des pratiques qui sous-tendent l’existence de cette « subculture musicale ». Une minutieuse enquête multisituée et itinérante de plus de dix ans permet à l’auteur de conduire le lecteur dans les galeries les plus locales de cette scène underground. Du quatrième sous-sol d’un club de Yokohama, à une cabane isolée du campus de l’université de San Diego en passant par Göteborg, Tokyo, Genève ou Lyon, tout un ensemble de logiques et de conventions esthétiques, idéologiques, discursives et kinésiques propres y sont décrites et analysées. Apparu sur la côte est des États-Unis au début des années 1980, le hardcore punk trouve ses principales origines dans le punk, dont il constitue une forme de radicalisation, aussi bien d’un point de vue musical qu’idéologique. Alors que ses ramifications s’étendent à une échelle quasi globale, ce monde demeure pourtant méconnu du grand public et n’a que très peu suscité l’intérêt des sciences sociales ou de la presse, si ce n’est pour pointer ses aspects les plus spectaculaires : agressivité exacerbée, musique électrique, positionnements idéologiques en opposition au « système dominant ». Cet ouvrage entend ainsi dépasser ces représentations caricaturales et poser un regard anthropologique sur le quotidien de ses adeptes, mais aussi sur l’ensemble des médiations collectivement déployées pour construire le monde du hardcore punk.