Usages et attentes des élèves à l’égard des bibliothèques scolaires : une enquête utilisateur au sein de trois établissements scolaires publics du canton de Vaud

Minana, Floriane ; Schneider, René (Dir.)

Mémoire de master : Haute école de gestion de Genève, 2018 ; MASID 67.

Si les bibliothèques scolaires ont pour mission de soutenir l’Ecole dans son mandat de formation et d’éducation, elles se positionnent également en tant qu’espace extrascolaire permettant la pratique de la lecture plaisir et comme lieu de rencontres (CLP 2014). Elles doivent donc également proposer des ressources et des services répondant aux attentes des élèves. Afin de savoir si... More

Add to personal list
    Résumé
    Si les bibliothèques scolaires ont pour mission de soutenir l’Ecole dans son mandat de formation et d’éducation, elles se positionnent également en tant qu’espace extrascolaire permettant la pratique de la lecture plaisir et comme lieu de rencontres (CLP 2014). Elles doivent donc également proposer des ressources et des services répondant aux attentes des élèves. Afin de savoir si les objectifs sont atteints ou dans une optique d’amélioration, les évaluations sont essentielles. Or, peu d’écrits traitent des usages et des perceptions des élèves vis-à-vis des bibliothèques scolaires. Partant de ce constat, Fortunato a réalisé en 2014 une analyse grâce à l’élaboration et à la diffusion d’un questionnaire dans les collèges publics du canton du Tessin. En utilisant le plus fidèlement possible l’outil mis à disposition, ce travail de master a pour objectif de prolonger cette enquête quantitative en recueillant et en analysant des informations concernant les usages et les attentes des élèves de troisième cycle à l’égard des bibliothèques scolaires du canton de Vaud. Les caractéristiques du système éducatif obligatoire de ce canton sont le résultat de plusieurs directives adoptées ces dernières années qui ont eu des répercussions sur le fonctionnement des bibliothèques scolaires. Ce projet est donc d’autant plus pertinent qu’il prend place dans un environnement relativement récent dont l’évaluation permet de vérifier la satisfaction des besoins d’un de ses publics cibles. Les résultats permettent de constater que près de 40% des élèves sont non-usagers des bibliothèques scolaires et qu’un quart ne s’y rend que de manière très sporadique, ce qui se révèle être bien en deçà des pratiques tessinoises. Par ailleurs, ceux qui utilisent les services le font en grande majorité pour répondre à des logiques scolaires, et non pour leurs loisirs. En effet, si la bibliothèque demeure un lieu stratégique pour s’approvisionner en lecture plaisir, seuls 20% des élèves déclarent lire durant son temps libre, ou fréquenter d’autres bibliothèques que celle de l’école. A noter que ces pratiques sont avant tout l’affaire des plus jeunes, des filles et des élèves rencontrant peu de difficultés à l‘école. Lorsque l’on interroge les élèves sur les ressources souhaitées, on constate l’inadéquation des fonds. En effet, ils désirent avant tout des offres en lien avec leur pratique intensive des nouvelles technologies. De plus, nombreux sont les élèves qui se rendraient dans ces structures si elles leur paraissaient moins inhospitalières et si les services étaient davantage développés dans l’objectif de faciliter les interactions sociales. De type appliqué, cette recherche propose donc pour finir des solutions pratiques afin que les services proposés soient particulièrement plus en adéquation avec les besoins des non-usagers, qui se révèlent être les élèves passant le plus de temps devant les écrans et appréciant le moins la lecture.