Peut-on recommander systématiquement le "peau à peau" en salle d'opération lors d'une césarienne pour un nouveau-né à terme et sans facteurs de risques ? : travail de Bachelor

Longhi, Camilla ; Martin, Tamara ; Roy Malis, Françoise (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de santé Genève, 2018.

Cadre de référence : La césarienne est un acte médical de plus en plus pratiqué dans les pays développés. Elle est réalisée notamment dans le but de diminuer la mortalité néonatale et maternelle. C’est pour cela qu’il est essentiel que les procédures liées à cette pratique tendent vers des issues maternelles et néonatales les plus favorables possibles. Qui plus est, un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Cadre de référence : La césarienne est un acte médical de plus en plus pratiqué dans les pays développés. Elle est réalisée notamment dans le but de diminuer la mortalité néonatale et maternelle. C’est pour cela qu’il est essentiel que les procédures liées à cette pratique tendent vers des issues maternelles et néonatales les plus favorables possibles. Qui plus est, un intérêt nouveau est porté au vécu des parents lors de l’accouchement. Dans cette perspective, la césarienne avec contact « peau à peau » pourrait être une alternative intéressante. En effet, des bénéfices physiques et psychiques liés au contact « peau à peau » lors d’un accouchement par voie basse ont déjà pu être démontrés et il est intéressant de voir si cette pratique, lorsqu’elle est réalisable, des bénéfices aussi lors d’un accouchement par césarienne. Objectif : Le but de ce travail est d’effectuer une revue de la littérature afin d’explorer les bénéfices et les risques potentiels d’une césarienne avec contact « peau à peau ». Méthode : Via la recherche dans différentes bases de données scientifiques d’articles récents (<10 ans), cinq articles ont été sélectionnés. Il s’agit des articles les plus pertinents en lien avec la question de recherche. Ils sont décrits, analysés et discutés. Résultats : Les résultats englobent aussi bien les issues physiques maternelles et néonatales, que le vécu des parents lors de la césarienne. Il en ressort des bénéfices au niveau de la réduction du stress maternel, d’un meilleur taux d’allaitement maternel, de l’expérience positive du « peau à peau » lors de césariennes et du taux d’admission des nouveau-nés dans le service de néonatologie. Certaines études ne révèlent pas de différences significatives concernant les différentes issues physiques néonatales et maternelles entre la césarienne « conventionnelle » et celle « peau à peau ». Cependant, aucun risque supplémentaire n’est démontré lors de la réalisation de cette pratique en confrontation avec une césarienne « conventionnelle ». Conclusion : La mise en place de la césarienne « peau à peau » semble être une alternative intéressante. Les résultats issus de cette revue de littérature sont encourageants. Vu le peu d’études existantes sur ce sujet, il serait souhaitable que d’autres études soient réalisées afin de consolider ces résultats. Toutefois, puisque les études déjà réalisées ne n’ont pas recensé de risques supplémentaires avec l’introduction du « peau à peau », la mise en place de cette pratique lors des césariennes pourrait d’ores et déjà être envisagée.