Faculté des lettres et sciences humaines

Mobilité étudiante : Les motivations et stratégies des étudiant.es internationaux.ales à l’Université de Neuchâtel

Leo, Christelle ; Piguet, Etienne (Dir.) ; Riaño, Yvonne (Codir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2018.

La mobilité étudiante est un phénomène en pleine expansion. Selon les chiffres de l’OCDE, le nombre d’étudiants inscrits dans une université en dehors de leurs pays de citoyenneté serait passée de 0.8 millions en 1975 à plus de 4.1 millions en 2010. (OCDE, 2012). Si de nombreuses études ont été faites sur le thème de la migration étudiante, peu sont celles qui se focalisent... More

Add to personal list
    Résumé
    La mobilité étudiante est un phénomène en pleine expansion. Selon les chiffres de l’OCDE, le nombre d’étudiants inscrits dans une université en dehors de leurs pays de citoyenneté serait passée de 0.8 millions en 1975 à plus de 4.1 millions en 2010. (OCDE, 2012).
    Si de nombreuses études ont été faites sur le thème de la migration étudiante, peu sont celles qui se focalisent sur le cas de la Suisse. Cette étude a pour but de combler une partie de cette lacune en proposant une recherche sur les mobilités des étudiants internationaux avec comme cas d’étude l’Université de Neuchâtel en Suisse romande. Elle cherche à comprendre quelles sont les motivations et les stratégies des étudiant.es internationaux.ales présent.es à l’Université de Neuchâtel en dégageant les motivations qui poussent à partir, les critères qui attirent les étudiant.es dans un endroit plutôt qu’un autre et les difficultés qui sont rencontrées durant cette migration.
    Les résultats obtenus grâce à des questionnaires en ligne ainsi que des interviews ont permis de mettre en évidence une série d’éléments qui amènent les étudiant.es à quitter leur pays pour partir étudier à l’étranger. Dans cette catégorie de réponse, la volonté d’être mobile ressort comme un élément central dans cette décision. Quant aux critères d’attraction, c’est principalement la distinction entre des critères directement liés à l’Université de Neuchâtel (petite taille, cursus d’étude particuliers) et des critères indirectement lié à l’endroit (présence de réseau social, retour d’expérience positive) qui été faite. Finalement, les difficultés qui ont pu être mises en évidence sont d’ordre administratives, économiques et socioculturelles alors que les stratégies développées se retrouvent principalement dans le soutien que les étudiant.es ont pu trouver auprès de leur famille, ami.es ou de l’Université de Neuchâtel.
    Finalement, c’est la présentation de cette mobilité comme un capital qui clos cette recherche et propose ainsi de nouveaux élargissements possibles.