Peut-on réduire les externalités négatives du cycle de vie d'un Smartphone ?

Elio, Raphaël ; Baracchini, Paolo (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2012 ; TDEE 129.

419 millions, c’est le nombre de Smartphones vendus au second trimestre pour l’année 2012 selon l’institut Gartner1. Ces nouveaux téléphones mobiles sont partout et évoluent extrêmement vite. Inconnu il y a moins de dix ans, depuis la sortie de l’iPhone en 2007, ces derniers se trouvent dans toutes les poches de ces messieurs et sacs à main de ces dames. Véritable phénomène... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    419 millions, c’est le nombre de Smartphones vendus au second trimestre pour l’année 2012 selon l’institut Gartner1. Ces nouveaux téléphones mobiles sont partout et évoluent extrêmement vite. Inconnu il y a moins de dix ans, depuis la sortie de l’iPhone en 2007, ces derniers se trouvent dans toutes les poches de ces messieurs et sacs à main de ces dames. Véritable phénomène planétaire, ces ordinaphones permettent de naviguer sur internet, d’écouter de la musique, de prendre des photos et des vidéos en haute qualité et surtout, ne l’oublions pas, d’appeler. Mais qu’y a t-il derrière ces écrans tactiles ? Dans ce travail de bachelor, le Smartphone phare de la marque Apple est analysé au peigne fin, du berceau au tombeau, afin d’identifier les externalités négatives qui émanent du cycle de vie d’un tel bien. Est-il possible de créer un Smartphone durable ? De la conception en Californie, à l’extraction des matières premières en Mongolie-Intérieure et au Nord-Est de la République Démocratique du Congo, le lecteur sera amené à voyager à travers trois continents afin de suivre le complexe processus de création d’un iPhone 4S jusqu’à sa mise en rebut. Une fois cette analyse faite, des recommandations sont proposées afin de concevoir un nouveau Cahier des Charges respectueux des dimensions du Développement Durable à savoir l’environnement, l’économie et le social et de ce fait répondre à la problématique : peut-on réduire les externalités négatives du cycle de vie d’un Smartphone ?