L'écoute de la musique en chambre de soins intensifs de psychiatrie : Travail de Bachelor

François, Juliette ; Waroux, Damaris ; Stantzos, Alexia (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2012.

Contexte : Cette revue de la littérature fait suite à une question formulée par une équipe hospitalière du département de psychiatrie/secteur psychiatrique Nord (DP-CHUV/SPN) à Yverdon-les-Bains. L’interrogation porte sur deux aspects. Le premier questionne en quoi la diffusion de musique en CSI est un soin infirmier. Le second relève des déterminants qui pourraient diminuer... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Contexte : Cette revue de la littérature fait suite à une question formulée par une équipe hospitalière du département de psychiatrie/secteur psychiatrique Nord (DP-CHUV/SPN) à Yverdon-les-Bains. L’interrogation porte sur deux aspects. Le premier questionne en quoi la diffusion de musique en CSI est un soin infirmier. Le second relève des déterminants qui pourraient diminuer l’anxiété du patient qui séjourne en CSI. Objectif : L’objectif de cette revue de la littérature est d’explorer comment l’introduction de l’écoute de la musique en CSI de psychiatrie permet à l’infirmier d’aider le patient à diminuer son anxiété. Méthode : La recension des écrits a été faite dans les bases de données CINHAL et PubMed, au moyen de Subject Headings et MeSH Terms. Au total huit articles ont été retenus. Ils ont fait l’objet d’une lecture critique analytique. Les résultats sont présentés sous forme de texte et d’un tableau récapitulatif. Les donnés obtenues ont ensuite été organisées en un système de catégories descriptives. Résultats : Trois thèmes ont émergé de la catégorisation : les infirmiers et l’utilisation de la chambre de soins, l’expérience de la CSI par les patients et les effets de la musique. A l’issue de l’analyse, deux constats ont été formulés : certains éléments issus des résultats peuvent être une entrave au lien entre le soigné et le soignant ; la musique a des effets anxiolytiques en intervenant sur des paramètres biologiques et émotionnels. Conclusion : L’introduction de l’écoute de la musique –sous certaines conditions– peut être un intermédiaire facilitant la relation entre le soignant et le soigné tout en diminuant l’anxiété chez le patient.