Le jeu et/ou la simulation pour l'apprentissage de la gestion

Barbieri, Silvio ; Fragnière, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de master : Haute école de gestion de Genève, 2011 ; MASBA 2.

La Suisse est dotée d’une économie qui fait partie des plus prospères et des plus développées au monde, et ce malgré le fait qu’elle soit pauvre en matières premières. De plus, le pays s’est tourné vers le « savoir-faire » et la « matière grise » pour assurer sa prospérité. Cependant, tout comme ses homologues européens, la Suisse n’est pas épargnée par les... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La Suisse est dotée d’une économie qui fait partie des plus prospères et des plus développées au monde, et ce malgré le fait qu’elle soit pauvre en matières premières. De plus, le pays s’est tourné vers le « savoir-faire » et la « matière grise » pour assurer sa prospérité. Cependant, tout comme ses homologues européens, la Suisse n’est pas épargnée par les problématiques de sociétés actuelles, et les nouveaux défis engendrés par l’ouverture des frontières et la mondialisation. Elle doit donc s’adapter et travailler davantage pour être concurrentielle, essayer d’innover et de se perfectionner de manière constante, et finalement réfléchir à la relève et aux moyens qui sont déployés pour la former. Pour cela, la Confédération ainsi que les cantons ont défini quelques stratégies au niveau national et international. L’objectif principal de ce travail est de se focaliser principalement sur le système éducatif suisse et sur la manière dont on forme les nouvelles générations. On voit que la façon d’enseigner et / ou de transmettre les connaissances est formalisée un peu partout sur la configuration suivante, à savoir avec un professeur qui transmet le savoir, un public qui l’assimile et une salle de cours qui sert de lieu de transmission et d’échange. De ce fait, l’idée serait de proposer au sein de la Haute Ecole de Gestion de Genève (HEG) une nouvelle approche axée principalement sur la simulation et / ou le jeu où une formation alternative pourrait être proposée directement aux étudiants. En effet, même si le jeu a été souvent considéré comme une activité de loisir futile, improductive et séparée de la réalité, son utilisation dans le but d’assimiler des connaissances ne correspond pas à un phénomène récent, et il est même considéré aujourd’hui comme un outil éducatif puissant utile doté d’avantages très positifs pour l’apprentissage et le développement de l’apprenant. Dans ce contexte, la HEG a créé le Service Lab qui est un grand espace qui permet aux étudiants de jouer des prestations de service pour différents domaines d’activités, et une nouvelle approche a été développée sous la dénomination de « Jeu de Services ». Ce jeu exige des étudiants l’accomplissement de plusieurs étapes, avec tout d’abord un travail sur le terrain pour comprendre dans le détail le service étudié, ensuite sa modélisation et, finalement, sa mise en scène et le jeu jusqu’à trouver le « ton juste ».