La musique et son influence sur la perception de la douleur durant le travail d'accouchement

Fardel, Stéphanie ; Riso, Katya ; Ammann-Fiechter, Silvia (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2012.

L’objectif de cette revue de littérature est de déterminer si la musique a une influence sur la perception de la douleur durant le travail d’accouchement. A la consultation des bases de données PubMed, CINHAL, MIDIRS, PsycINFO, The Cochrane Library ainsi que des références bibliographiques, six études ont été sélectionnées. Ces dernières sont : quatre études RCT, une qualitative... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    L’objectif de cette revue de littérature est de déterminer si la musique a une influence sur la perception de la douleur durant le travail d’accouchement. A la consultation des bases de données PubMed, CINHAL, MIDIRS, PsycINFO, The Cochrane Library ainsi que des références bibliographiques, six études ont été sélectionnées. Ces dernières sont : quatre études RCT, une qualitative ainsi qu’une étude de cas. Les résultats de notre revue de littérature ont montré que les avantages et bénéfices de l’utilisation de la musique offrent une meilleure perception de la douleur de l’accouchement lors de la première phase du travail, une estime de soi plus affirmée, un vécu de l’accouchement plus plaisant ainsi qu’une diminution de l’angoisse et de l’anxiété. De plus, aucun effet néfaste n’a été recensé dans notre revue de littérature concernant l’utilisation de la musique lors du processus du travail d’accouchement. En ayant effectué ce Travail de Bachelor, nous émettons le souhait que les sages-femmes ouvrent leur coeur ainsi que leur curiosité professionnelle à l’utilisation de la musique durant ce moment si magique qu’est la naissance d’un nouvel être. Nous espérons qu’elles puissent donner les moyens au couple de pouvoir, s’il le désire, écouter la musique de leur choix et cela en tout temps durant le processus du travail d’accouchement, afin d’influencer la perception de la douleur durant ce dernier. Malheureusement, nous trouvons que notre revue de littérature investigue trop rarement la satisfaction maternelle ainsi que l’éthique. Nous espérons que cela ne rend pas moins fiables nos résultats, mais nous pensons que les chercheurs devraient développer ces deux paramètres afin de pouvoir encore donner plus de fiabilité, de valeur et de professionnalisme à leur étude. De plus, du fait du nombre restreint d’études élaborées en lien direct avec notre problématique, des recherches supplémentaires devraient être effectuées afin de permettre d’obtenir des résultats encore plus affinés.