Diagnostic de la céphalée cervicogène : un défi physiothérapeutique

Maillard, Marie ; Martinez, Tamara ; Balthazard, Pierre (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2012.

Introduction : La céphalée cervicogène est une pathologie encore peu connue dont l’origine correspond à une structure innervée par un nerf cervical. La pose du diagnostic est controversée et non aisée malgré de nombreux tests cliniques et médicaux ainsi que de multiples classifications présents dans la littérature. Objectif : Le but de cette revue de la littérature est de démontrer... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Introduction : La céphalée cervicogène est une pathologie encore peu connue dont l’origine correspond à une structure innervée par un nerf cervical. La pose du diagnostic est controversée et non aisée malgré de nombreux tests cliniques et médicaux ainsi que de multiples classifications présents dans la littérature. Objectif : Le but de cette revue de la littérature est de démontrer la sensibilité, la spécificité et la fiabilité inter-testeur des outils d’évaluation clinique de la céphalée cervicogène afin de permettre aux praticiens de poser un diagnostic sans passer par les tests médicaux tels que le bloc anesthésiant ou l’imagerie médicale. Méthodologie : La recherche a été effectuée sur quatre bases de données (PubMed, CINHAL, Cochrane, PEDro) à l’aide de mots-clés et de critères de sélection. Au départ, 83 articles concernaient la céphalée cervicogène. Suite à l’évaluation par la grille QUADAS, cinq ont été retenus. Résultats : Les trois paramètres d’évaluation analysés sont : 1) une combinaison de tests cliniques (palpation, amplitude cervicale, force musculaire des fléchisseurs cervicaux) ; 2) le test de flexion-rotation et ; 3) la classification du « Cervicogenic Headache International Study Group ». Ces trois paramètres font preuves de bonnes sensibilités et spécificités ainsi que de hautes fiabilités inter-testeurs. La combinaison de tests démontre la meilleure sensibilité (100%) et la meilleure spécificité (94%). Conclusion : Les différents paramètres d’évaluation sont complémentaires. Leurs associations permettent un diagnostic précis et fiable. Ainsi, les tests cliniques semblent aussi efficaces que les tests médicaux.