La succion non-nutritive chez l'enfant prématuré

Sari, Yasmina ; Augsburger, Sandra ; Allin, Anne-Claude (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de la Santé La Source, 2012.

Le travail que nous avons réalisé se présente sous la forme d’une revue de littérature, que nous avons menée pendant plus d’une année. La problématique a été précisée au cours de l’élaboration du travail. Nous avons finalement abouti à la question suivante : « Quels sont les effets de la stimulation orale par la succion non-nutritive sur l’enfant né avant 35 semaines de... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le travail que nous avons réalisé se présente sous la forme d’une revue de littérature, que nous avons menée pendant plus d’une année. La problématique a été précisée au cours de l’élaboration du travail. Nous avons finalement abouti à la question suivante : « Quels sont les effets de la stimulation orale par la succion non-nutritive sur l’enfant né avant 35 semaines de gestation hospitalisé dans un service de néonatologie lors de la phase de transition entre l’alimentation par gavage et l’alimentation orale autonome ? ». En nous intéressant à cette question, nous avions comme objectif de travailler sur une problématique actuelle et dans un contexte pédiatrique en ciblant une population d’enfants prématurés. De plus, nous voulions développer un sujet nous permettant d’apporter certaines pistes d’améliorations pouvant être utiles à la pratique. Afin de constituer cette revue de littérature, nous avons débuté par la recherche d’informations générales dans un premier temps, sur les difficultés d’alimentation des nouveau-nés prématurés ainsi que sur les différentes formes de stimulation existantes dans la pratique. Nous avons récolté des données à l’aide de diverses revues de littératures et d’articles scientifiques. Après les premières recherches et l’analyse des données récoltées, nous avons pu préciser notre question afin d’entreprendre davantage de recherches spécifiques et ciblées. Nous avons utilisé les bases de données que nous avions à notre disposition, afin de rechercher des articles scientifiques. Après avoir trouvé les différentes informations dont nous avions besoin, nous avons pu apporter un regard critique sur ces dernières afin de développer des pistes de réponses et de réflexions quant à notre problématique et à notre question initiale. Nous avons pu constater que la stimulation non-nutritive est généralement considérée comme aidante et bénéfique pour les enfants prématurés de moins de 35 semaines de gestation afin d’accélérer la phase de transition entre l’alimentation par gavage et l’alimentation orale autonome. De plus, l’élaboration de cette revue de littérature nous a permis d’identifier et d’apporter des informations précises quant aux effets spécifiques de la stimulation non-nutritive. En effet, nous avons remarqué que cela permet de débuter l’alimentation orale plus rapidement, que la quantité de lait ingérée est augmentée, que le temps d’hospitalisation est diminué et que, pour terminer, les caractéristiques de succion (rafale de succion, succion et pause) de l’enfant prématuré peuvent être modifiées. Finalement, ce travail, nous a permis de développer différentes perspectives et approches réflexives concernant la recherche et la pratique infirmière.