D'où vient le lait ? : approche de la complexité centrée sur le pilier économique du développement durable

Epp, Sarah ; Pache, Alain (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5405.

J’ai réalisé en classe une séquence d’enseignement-apprentissage autour de la quesion « D’où vient le lait que nous buvons ? » J’ai mis cela en œuvre avec une approche orientée vers le développement durable, plus précisément vers le pilier économique. J’ai cherché à amener les élèves à développer deux modes de pensée utilisés dans les sciences sociales, à ... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    J’ai réalisé en classe une séquence d’enseignement-apprentissage autour de la quesion « D’où vient le lait que nous buvons ? » J’ai mis cela en œuvre avec une approche orientée vers le développement durable, plus précisément vers le pilier économique. J’ai cherché à amener les élèves à développer deux modes de pensée utilisés dans les sciences sociales, à savoir « identifier et catégoriser » et « combiner et articuler les différents facteurs ». Par la suite, j’ai mis les élèves en situation de débat, face au dilemme suivant : Vaut-il mieux acheter le lait au supermarché ou en vente directe ? J’ai enregistré ces débats afin d’analyser à quels modes de pensée des sciences sociales les élèves faisaient appel pour motiver leur choix. J’ai également recherché l’influence de la pensée sociale sur leur discours. Les élèves sont partiellement parvenus à transférer les modes de pensée des sciences sociales acquis durant la séquence sur le lait. Ils ont tous réussi à identifier et catégoriser des acteurs du système, par contre certains peinaient à les nommer précisément. Environ la moitié des élèves a utilisé des éléments de compréhension systémique pour expliquer son choix et répondre aux questions. Les autres modes de pensée des sciences sociales qui n’avaient pas vraiment été abordées en classe n’ont été que très peu utilisées par les élèves. Concernant les choix, dans trois groupes sur quatre les élèves étaient tous du même avis. Les principes de répétition et de confirmations étaient présents et témoignaient du fonctionnement cognitif lié à la pensée sociale.