Peut-on enseigner l'informatique dès le cycle d'orientation ?

Wodia Mendo, Laetitia ; Courtine, Nathalie (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2012 ; TDIG 79.

Ce travail de bachelor traite de l’importance et de la place attribuée l’informatique dans les cycles d’orientation (C.O.) en suisse romande. Il est décomposé de manière à pouvoir répondre à la question suivante : peut-on enseigner l’informatique dès le cycle d’orientation ? L’’état de l’art de ce travail situe la place de l’informatique au C.O. et l’importance... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail de bachelor traite de l’importance et de la place attribuée l’informatique dans les cycles d’orientation (C.O.) en suisse romande. Il est décomposé de manière à pouvoir répondre à la question suivante : peut-on enseigner l’informatique dès le cycle d’orientation ? L’’état de l’art de ce travail situe la place de l’informatique au C.O. et l’importance qu’elle revêt. Actuellement, il y a un nouveau plan d’étude romand appelé également le PER qui recommande une amélioration des cours informatique en incluant le MITIC1. Celui-ci permet aux élèves de retracer toutes les notions importantes pour faciliter leurs apprentissages et leur permettre par la même occasion de les aider à s’intégrer dans le monde professionnel. La deuxième partie, traite de la vision de l’informatique des élèves eux-mêmes. Pour mieux cibler leurs points de vue sur la question, j’ai fait circuler un sondage. Celui m’a permis de récolter des informations sur les technologies, applications, sites, moteurs de recherches qu’ils utilisent (sondage disponible en annexe). A la suite de cela j’ai mené plusieurs expériences qui m’ont permises d’avoir un aperçu de la réelle capacité que possède un étudiant en informatique. Ces expériences vont de la connaissance de l’utilisation d’un clavier jusqu’à la réalisation d’un document multimédia. Mais celles-ci remettent également en question les cours MITIC. Car si le plan d’étude est flexible, les élèves, eux, ne le sont pas. La troisième partie de ce travail se base sur les cours idéaux qui devraient être enseignés pour atteindre les exigences d’aujourd’hui en matière de connaissance et d’utilisation d’un ordinateur. C’est donc grâce aux renseignements récoltés que je peux également proposer des améliorations qui pourront vraiment être utiles à la structure des disciplines d’enseignements en informatique. Au final, ce travail fait également passer un message fort, à savoir qu’il faut aider les élèves à être conscient du danger que l’on peut encourir en utilisant un ordinateur (protection des données, identités sur le WEB, etc.).