L'impact de l'évaluation sur la relation maître-élèves

Chapuis, Christophe ; Pfulg, Laurent (Dir.)

Mémoire de Master Advanced Studies (MAS) : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5002.

Bien que pratiquée quotidiennement par les enseignants, l’évaluation scolaire n’est pas un acte anodin. En effet, au-delà du simple fait de mettre des notes aux travaux des élèves, l’évaluation se trouve au cœur d’enjeux relationnels et affectifs majeurs, qui ne laissent jamais indifférents les protagonistes de l’école et qui modifient irrémédiablement la relation ... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Bien que pratiquée quotidiennement par les enseignants, l’évaluation scolaire n’est pas un acte anodin. En effet, au-delà du simple fait de mettre des notes aux travaux des élèves, l’évaluation se trouve au cœur d’enjeux relationnels et affectifs majeurs, qui ne laissent jamais indifférents les protagonistes de l’école et qui modifient irrémédiablement la relation pédagogique : sans notes, les interactions entre maître et élèves seraient certainement très différentes ! Loin d’avoir une valeur objective, comme l’ont depuis longtemps montré les études docimologiques menées par Piéron dès le début du XXème siècle, l’évaluation est au contraire l’objet de négociations et d’arrangements évaluatifs continuels, issus des interactions entre le maître et l’élève, entre l’école et la famille, ou encore entre les professionnels eux-mêmes. En effet, quel enseignant n’a pas, au moins une fois, assisté à des scènes de pleurs, de colère ou de désarroi lors de la reddition d’un travail écrit et pouvant le faire douter de son évaluation ? Quel enseignant peut affirmer qu’il n’a jamais hésité à mettre une note plutôt qu’une autre à un élève, et ce pour des motifs dépassant le cadre du test, afin de faire pencher la moyenne annuelle du bon côté ? Qui peut dire avec certitude qu’il ne s’est jamais laissé troubler par les innombrables étiquettes collées aux élèves au fil de leur scolarité et répandues dans les salles des maîtres ? Les premières évaluations ne changent-elles pas la perception que l’on se fait de nos élèves ? Ne nous donnent-elles pas des informations qui confirment ou infirment ce que l’on s’était imaginé d’eux lors des premiers cours ? En d’autres termes, ne façonnent-elles pas très vite les représentations que l’on a des élèves ? Guidé par l’approche interactionniste, étayé par des entretiens menés sur le terrain avec des enseignants et des élèves, ce mémoire se propose notamment de répondre à toutes ces questions, dont les hypothèses sous- jacentes sont les suivantes : l’évaluation a un impact sur la relation maître- élèves – l’évaluation est une monnaie d’échange entre l’école, l’élève et sa famille - l’évaluation peut être un élément de l’autorité du maître face à ses élèves - l’évaluation, et plus particulièrement les premières notes, favorisent le catalogage de certains élèves, ce qui peut avoir un impact sur l’estime de soi et la motivation - les élèves ont tendance à se conformer aux attentes des maîtres - l’évaluation scolaire est à caractère subjectif - la réussite et l’échec scolaires qui en découlent sont des réalités socialement construites.