Travailler le rapport au savoir des élèves : analyse de la perception de trois situations d'apprentissage en anglais par des élèves de première année d'école de Maturité

Pauli, Kathleen ; Clerc-Georgy, Anne (Dir.)

Mémoire de Master Advanced Studies (MAS) : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5315.

Travailler le rapport au savoir des élèves : analyse de la perception de trois situations d’apprentissage en anglais par des élèves de première année d’école de Maturité. Pourquoi certains élèves réussissent-ils mieux que d’autres à l’école ou dans leurs études ? Les parcours scolaires différenciés et différenciateurs sont-ils inhérents aux élèves eux- mêmes, que... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Travailler le rapport au savoir des élèves : analyse de la perception de trois situations d’apprentissage en anglais par des élèves de première année d’école de Maturité. Pourquoi certains élèves réussissent-ils mieux que d’autres à l’école ou dans leurs études ? Les parcours scolaires différenciés et différenciateurs sont-ils inhérents aux élèves eux- mêmes, que ce soit par rapport à leurs facultés intellectuelles ou leur origine sociale, ou l’école est-elle en partie responsable de ceux-ci ? Dans ce dernier cas, l’enseignant peut-il trouver des raisons de ces différenciations inter-élèves dans sa propre pratique et, si oui, peut- il l’améliorer de manière à aider les élèves et les conduire vers la réussite scolaire ? S’appuyant sur les recherches en sciences de l’éducation menées depuis plusieurs années par l’équipe ESCOL à Paris, qui a notamment développé la notion de rapport au savoir des élèves en vue de comprendre ce qui était à l’origine des inégalités scolaires, et qui a ainsi démontré que l’école et les pratiques enseignantes faisaient bien partie du problème, le but du présent travail est d’essayer de saisir ce qui, dans ma pratique et les situations d’apprentissage mises en place dans ma classe d’anglais, peut être source de difficultés pour les élèves. Dans cette perspective, quatre élèves de première année de gymnase (voie maturité) ont été invités à remplir un questionnaire général visant à connaître leur expérience langagière ainsi que leurs attentes et croyances concernant l’apprentissage de l’anglais à l’école, puis ont été interrogés séparément sur trois tâches typiques de l’enseignement de l’anglais, en cours de tâche. Les données ainsi récoltées ont ensuite été analysées en vue de cerner si les élèves percevaient bien les enjeux des différentes tâches et ce qu’ils étaient censés y apprendre, ou si malentendu il y avait. Enfin, des pistes ont été proposées afin de remédier aux problèmes rencontrés. Les résultats des discussions avec les élèves sont étonnants et éclairent bien les difficultés empêchant ces derniers à s’approprier les savoirs de manière optimale. En cela, ils représentent une mine d’informations et un exemple à suivre pour tout enseignant qui désire participer de la réussite scolaire de ses élèves en comprenant ce qui, dans sa pratique, est susceptible de créer des obstacles à leurs apprentissages.