Panorama et modélisation d’identifiants pérennes pour la création d’identités de confiance

Espasandin, Kate ; Jaquet, Aurélie ; Lefort, Lise ; Schneider, René (dir.)

(Travail de recherche réalisé dans le cadre du Master of Science HES-SO en Sciences de l'information à la Haute école de gestion de Genève (HEG-GE), Filière Information documentaire, 2018)

Dans le chaos informationnel actuel, les identifiants pérennes (ou PID) sont devenus primordiaux pour améliorer le référencement, l’accessibilité et la pérennité des ressources de tous types, en particulier numériques. Bien que ces identifiants soient cruciaux dans le mouvement de l’Open Science, leur nombre et leur hétérogénéité affectent leur pertinence et leur efficacité.... More

Add to personal list
    Résumé
    Dans le chaos informationnel actuel, les identifiants pérennes (ou PID) sont devenus primordiaux pour améliorer le référencement, l’accessibilité et la pérennité des ressources de tous types, en particulier numériques. Bien que ces identifiants soient cruciaux dans le mouvement de l’Open Science, leur nombre et leur hétérogénéité affectent leur pertinence et leur efficacité. Victimes de leur succès, bien au-delà du domaine académique ou scientifique, les identifiants pérennes se sont en effet multipliés au niveau international. Ils forment aujourd’hui une nuée d’identifiants dont il n’existe aucun aperçu global. De plus, leur allocation n’est que rarement harmonisée au niveau étatique, la Suisse ne faisant pas exception à la règle. La nature de ce projet de recherche est à la fois théorique et pratique. Il a pour objectif de produire un état de l’art des identifiants pérennes actuels, sous forme d’un panorama visuel, et de proposer une réflexion autour de la modélisation d’un service d’attribution ainsi que la création d’une véritable « identité de confiance » (Van de Sompel, Treloar 2014) au niveau national suisse. Notre panorama visuel s’articule autour de 27 identifiants pérennes, tous domaines confondus, analysés selon onze critères. Cette représentation permet une comparaison rapide et rigoureuse des identifiants actuellement disponibles. La supériorité supposée d’un PID sur un autre s’avère toute relative ; la pertinence et l’efficacité de chacun des PID dépend en effet du contexte dans lequel ils s’inscrivent et des besoins de leurs utilisateurs. Notre réflexion autour de la modélisation d’un service national d’allocation nous a amenées, dans un second temps, à décliner deux alternatives quant à l’identifiant attribué (l’ARK, d’une part, le DOI couplé avec l’ORCID, d’autre part) et à proposer une politique d’allocation de ces PID. Elle s’est confrontée aux spécificités helvétiques (langue, autonomie des cantons), rendant a priori malaisée l’implémentation d’une telle structure nationale, mais aussi aux considérations financières et de gouvernance, difficiles à appréhender dans le temps qui nous était imparti pour ce projet de recherche. Enfin, la notion d’identité de confiance et son examen dans une perspective suisse nous ont permis de souligner les acquis de l’infrastructure savante helvétique mais également ses lacunes, en particulier en termes de spécificité d’archivage et d’identification pérenne systématique et harmonisée.