Typologie des travaux pratiques en sciences

Lorenzi, Olivier ; Delessert, Christian ; Decker, Jean-Christophe (Dir.)

Mémoire de Master Advanced Studies (MAS) : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5281.

Le but de ce mémoire est de déterminer le type de compétences travaillées par les élèves lors des travaux pratiques de biologie (TPs). Pour ce faire, nous avons comparé la représentation que les enseignants se font des TPs avec celle des étudiants ainsi qu’avec les compétences que les étudiants considèrent comme souhaitables à être mobilisées lors des TPs. Au niveau des... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le but de ce mémoire est de déterminer le type de compétences travaillées par les élèves lors des travaux pratiques de biologie (TPs). Pour ce faire, nous avons comparé la représentation que les enseignants se font des TPs avec celle des étudiants ainsi qu’avec les compétences que les étudiants considèrent comme souhaitables à être mobilisées lors des TPs. Au niveau des compétences travaillées, nous avons utilisé la taxonomie définie par B.Bloom lors de l’élaboration de son modèle pédagogique en 1956. Notre étude suggère que les enseignants pensent induire principalement des efforts de compréhension, d’analyse et d’évaluation chez les élèves. Viennent ensuite des compétences d’application et de synthèse, alors que la restitution des connaissances n’est que peu travaillée. Cette vision est assez proche de celle qu’en a les élèves si ce n’est qu’ils considèrent que les TPs requièrent une part importante de connaissance alors que l’aspect évaluation est beaucoup moins présent. Par contraste, leur désir serait de diminuer passablement la part d’application et de connaissance mobilisée lors de ces séances, au profit de l’analyse et de la synthèse. Nous avons également regroupé l’ensemble des TPs pratiqués couramment au secondaire en trois grands types : les TPs d’observation, d’expérimentation et de prospection. En résumé, et en accord avec notre propre analyse de 12 TPs réalisés au gymnase, les TPs d’observation mettent en œuvre principalement des compétences d’application et d’analyse, les TPs d’expérimentation rajoutent une dimension de synthèse alors que les TPs de prospection réduisent l’application et favorisent une composante de compréhension. Lors des TPs, les connaissances ainsi que l’évaluation sont rarement mobilisées, toutefois ce manquement est comblé pour les étudiants en voie de maturité lors de la rédaction de leur travail de maturité. En conclusion, nous espérons que ce travail puisse être un outil à tout enseignant de biologie en particulier et de sciences en général, afin de vérifier l’adéquation entre les TPs qu’il propose à ses élèves et les compétences qu’il souhaite leur faire travailler en priorité.