Parcours professionnel des jeunes enseignants : quelle insertion professionnelle après l'obtention d'un diplôme en pédagogie

Chatillon-Fauchez, Julien ; Losego, Philippe (Dir.)

Mémoire de master of advanced studies : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5263.

Quelle est la trajectoire professionnelle de nouveaux enseignants au cours de leurs premières années de travail ? Trouvent-ils facilement un emploi ? Cet emploi est-il stable ? L’obtention d’un diplôme d’enseignant est un passeport vers un emploi plus aisé que d’autres études de hautes écoles. Cet emploi peut être un emploi instable, sans garanties pour l’avenir. Nous ne... Mehr

Zum persönliche Liste hinzufügen
    Résumé
    Quelle est la trajectoire professionnelle de nouveaux enseignants au cours de leurs premières années de travail ? Trouvent-ils facilement un emploi ? Cet emploi est-il stable ? L’obtention d’un diplôme d’enseignant est un passeport vers un emploi plus aisé que d’autres études de hautes écoles. Cet emploi peut être un emploi instable, sans garanties pour l’avenir. Nous ne parlons pas ici du statut de fonctionnaire, mais de l’attente, justifiée, qu’à travail bien effectué l’emploi sera gardé, sauf cas de récession économique. Dans l’enseignement primaire, presque la moitié des postes ne remplissent pas cette attente. La majorité d’entre eux deviendront des postes stables, mais en début d’année il n’y a aucune garantie. L’enseignant remplaçant n’est pas maître de son avenir professionnel. Tout comme il n’exprime presque jamais avoir pu choisir son établissement. Le sentiment général qui se dégage des réponses au questionnaire est qu’on arrive par hasard dans un établissement ou tout du moins le nouvel enseignant ne sait pas pourquoi on l’a pris, lui ou elle, plutôt qu’un ou une autre. Si le nouvel employé dans une entreprise privée ne peut se targuer de savoir pourquoi il a obtenu un poste. Il sait, usuellement, que son contrat va continuer aussi longtemps qu’il donne satisfaction, sauf apocalypse économique. Ce qui n’est pas le cas du jeune enseignant. On peut séparer l’insertion professionnelle des enseignants sur deux axes : Les cantons ou régions de formation et le niveau d’enseignement. Ce sont les cantons ou régions, dans le cas de BEJUNE, qui sont les plus grands facteurs de variations dans l’obtention d’un poste à la rentrée scolaire. Par contre, le type de poste, remplacement ou fixe, est lui déterminé principalement par le niveau d’enseignement. Les enseignants d’enfantine – primaire se verront proposer, pour presque la moitié d’entres eux, un remplacement et les enseignants secondaire, à plus de huitante-cinq pour cent, un poste fixe. De plus, les remplacements dans le secondaire sont, à plus de 90 %, des remplacements d’une année. Un enseignant d’enfantine – primaire a donc plus de difficultés à trouver un poste stable, dès le début, qu’un enseignant de secondaire. Ce qui est à l’opposé des statistiques usuelles sur l’insertion professionnelle des HES et des universités.