De la démonstration de cours en chimie : des démonstrations, mais à quelle dose ?

Schmitt, Laurette ; Frein, Stéphane ; Montangero, Marc (Dir.)

Mémoire de Master Advanced Studies (MAS) : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5289.

Comme celui de toute science expérimentale, l’enseignement de la chimie est dispensé sous deux formes, travaux pratiques et cours. Il est de coutume que quelques démonstrations expérimentales relativement simples prennent part à ces derniers ; ceci s’insérant également dans le cadre de la méthode scientifique. Ce travail a donc pour but de déterminer si les démonstrations ... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Comme celui de toute science expérimentale, l’enseignement de la chimie est dispensé sous deux formes, travaux pratiques et cours. Il est de coutume que quelques démonstrations expérimentales relativement simples prennent part à ces derniers ; ceci s’insérant également dans le cadre de la méthode scientifique. Ce travail a donc pour but de déterminer si les démonstrations expérimentales sont reconnues par les élèves comme utiles d’un point de vue pédagogique et si elles peuvent exister en nombre idéal. Il a été réalisé dans deux gymnases différents et a eu pour cadre les cours de chimie dispensés par deux enseignants aux approches très opposées quant au nombre de démonstrations expérimentales réalisées durant leur cours. Des questionnaires ont été distribués aux élèves à plusieurs classes de niveaux et d’orientations différents de chacun des deux gymnases. Si les conclusions de notre étude révèlent que les élèves considèrent que l’idéal est d’assister à un nombre maximal de démonstrations durant les cours, il en ressort cependant qu’il existe une quantité maximale de démonstrations expérimentales à partir de laquelle elles ne représentent plus un apport pédagogique, mais une distraction.  Il se dégage finalement de notre étude qu’un nombre idéal, mais difficilement chiffrable, de démonstrations expérimentales à réaliser durant les cours de chimie semble exister pour rester pédagogiquement utile. Nous pouvons en effet remarquer que ce nombre varie en fonction de la fréquence à laquelle les élèves sont habitués à en observer, de la voie et de l’option qu’ils ont choisies et du thème de la séquence enseignée, certains chapitres en nécessitant plus que d’autres.