Accès aux livres et à la lecture avec des élèves en situation de polyhandicap : quels chemins ? Qu'en apprend-on ?

Vuffray, David ; Ansermet, Anne-Hélène (Dir.)

Mémoire de master spécialisé : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2009 ; mp5443.

Sous quel angle aborder l’apprentissage de la lecture avec des élèves en situation de polyhandicap ? Comment faire pour que cet apprentissage soit le plus complet et le plus stimulant possible ? Cela fait plusieurs années que je travaille le déchiffrage de l’alphabet, de phonèmes ou de mots avec une élève de ma classe, mais, au vu des courants théoriques dominants, cette approche... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Sous quel angle aborder l’apprentissage de la lecture avec des élèves en situation de polyhandicap ? Comment faire pour que cet apprentissage soit le plus complet et le plus stimulant possible ? Cela fait plusieurs années que je travaille le déchiffrage de l’alphabet, de phonèmes ou de mots avec une élève de ma classe, mais, au vu des courants théoriques dominants, cette approche n’était pas complète. Mon approche, de type syllabique, devait être complétée par une approche plus globale qui privilégie l’entrée par le sens et parie sur l’intérêt porté par les élèves sur le texte. C’est la démarche que j’ai entreprise et que je décris dans ce mémoire. Durant l’année scolaire 2008-2009, nous nous sommes réunis tous les mardis matin, quatre élèves (âgés de 12 à 16 ans) et deux enseignants, pour lire des livres, des romans adressés aux préadolescents (10-12 ans environ). J’ai observé, au moyen d’un journal de bord et en enregistrant certaines séances, l’attention que les élèves accordaient à cette activité et aux histoires qui leur étaient proposées, ainsi que la compréhension qu’ils en avaient. Petit à petit, j’ai également introduit d’autres activités lors de ces séances : l’emprunt de livres à lire à la maison, la lecture de livres illustrés ainsi que des activités sur les liens qui existent entre les mots (ou les phrases) et les illustrations de ces livres. J’ai observé que les élèves s’intéressaient à ce support et étaient capables de diriger leur attention sur le texte, le livre et l’histoire. J’ai également constaté qu’ils réagissaient au texte et à son contenu, soit à partir d’un traitement local (mots ou phrases), soit à partir d’un traitement plus global (représentation mentale de situations, de l’histoire). Enfin, les élèves ont tous été capables de s’identifier aux personnages ou aux situations des récits, ce qui a peut-être contribué à la construction de leur identité. « Ce travail a été réalisé dans le cadre de la formation conduisant au diplôme en enseignement spécialisé délivré par la HEP-Vaud. Il exprime l’avis de son auteur et n’engage pas l’institution dont il dépend ».