La place donnée à la rétroaction dans nos salles de classe en langue culture étrangère écrite

Cunha, Rita ; MacDonald, Aidan ; Gerber, Brigitte (Dir.)

Mémoire de Master Advanced Studies (MAS) : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2017 ; mp7127.

Durant notre année d’étude à la HEP en Master secondaire II, la question de la rétroaction et son importance dans les salles de classes a régulièrement été abordée. Généralement jugée positive et agissant comme un levier aux progrès, elle aide enseignants et étudiants à collaborer afin que les élèves travaillent sur leurs faiblesses et exploitent leurs forces. Néanmoins, il ne... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Durant notre année d’étude à la HEP en Master secondaire II, la question de la rétroaction et son importance dans les salles de classes a régulièrement été abordée. Généralement jugée positive et agissant comme un levier aux progrès, elle aide enseignants et étudiants à collaborer afin que les élèves travaillent sur leurs faiblesses et exploitent leurs forces. Néanmoins, il ne semble pas y avoir de réel consensus sur la meilleure manière de l’exploiter. Nous avons donc effectué des lectures théoriques afin d’entrevoir des pistes qui pourraient nous aider à utiliser la rétroaction au mieux. Nous sommes ensuite passés de la théorie à la pratique. Dans le cadre de nos stages, nous avons tenté de mettre au point une étude. Notre étude visait à nous aider à faire usage de la rétroaction dans nos classes au gymnase de manière à ce qu’elle devienne un outil d’enseignement pour nous et un outil d’apprentissage pour nos élèves. Nous avons choisi un angle particulier : la rétroaction fournie dans le cadre de production écrite en langue-culture étrangère. Nous avons ensuite sollicité l’opinion de nos élèves : quelles sont leurs perceptions de la rétroaction, leurs préférences ? Puis, en fonction de nos lectures théoriques et des réponses des élèves, nous avons fourni une rétroaction régulière sur une série de productions écrites en tentant de voir s’ils faisaient des progrès observables en lien direct avec les rétroactions fournies précédemment. Nos résultats et observations ont été enrichissants à plusieurs niveaux. Tout d’abord cela nous a permis d’engager un réel dialogue avec nos élèves sur leurs travaux et leurs progressions possibles. De plus, cette étude nous a aussi permis d’envisager quelles seront nos futures postures d’enseignants et comment nous intégrerons la rétroaction afin qu’elle fasse partie du contrat didactique établi entre nous et nos élèves.