Les pratiques enseignantes favorisant l’apprentissage de la langue française chez les élèves allophones : Une étude à travers les histoires mimées

Correvon, Danaé ; Errecart, Joana ; Maire Sardi, Béatrice (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2017 ; mp7384.

En Suisse, de plus en plus d’élèves allophones intègrent l’école publique chaque année, ce qui contraint les enseignant-e-s à adapter leur enseignement face à la diversité culturelle et linguistique du groupe classe. Notre travail de recherche propose différentes pratiques qui peuvent être mises en place dans les classes au travers des histoires mimées. Nous nous sommes... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En Suisse, de plus en plus d’élèves allophones intègrent l’école publique chaque année, ce qui contraint les enseignant-e-s à adapter leur enseignement face à la diversité culturelle et linguistique du groupe classe. Notre travail de recherche propose différentes pratiques qui peuvent être mises en place dans les classes au travers des histoires mimées. Nous nous sommes intéressées aux élèves allophones, à la différenciation pédagogique, aux différents discours de l’enseignant-e ainsi qu’à la matérialité. C’est pourquoi, nous avons créé une séquence basée sur trois contes. Cette dernière s’est déroulée sur trois mois afin d’observer une progression en termes d’apprentissage de la langue de scolarisation. Nous avons émis l’hypothèse que l’enseignant-e utilise les histoires mimées pour permettre à tous les élèves de s’investir, de se sentir concernés et de comprendre l’essentiel de l’histoire. Nos résultats démontrent qu’utiliser des supports visuels est une aide importante pour les élèves allophones et motive également les élèves francophones car tout ce qui passe par le jeu, l’observation et le toucher « attire » les enfants de ces degrés. Nous avons également vu que la possibilité de réutiliser le matériel incite les enfants à s’exprimer ente eux sans « le regard de l’adulte ». Si l’utilisation de matériel a beaucoup de points positifs, nous avons constaté que celui-ci doit être bien choisi et ciblé pour ne pas créer de confusion. De plus, notre étude a prouvé que l’attitude et le comportement verbal ou non-verbal de l’enseignant-e occupent une part importante pour la compréhension des élèves.