L’impact du sentiment d’efficacité personnelle sur les pratiques enseignantes lors de harcèlement scolaire

Cadir, Berfin ; Elbekachi, Souhaïla ; Bonvin, Patrick (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2017 ; mp7394.

Le harcèlement scolaire touche tant les élèves que les enseignant-e-s. Les recherches menées jusqu’à ce jour ont mis en évidence deux types de harcèlement : direct et indirect. Cette étude s’intéresse plus précisément aux pratiques mises en place par les enseignant-e-s lors de situation de harcèlement scolaire, puisque la responsabilité de l’enseignant-e joue un rôle important... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le harcèlement scolaire touche tant les élèves que les enseignant-e-s. Les recherches menées jusqu’à ce jour ont mis en évidence deux types de harcèlement : direct et indirect. Cette étude s’intéresse plus précisément aux pratiques mises en place par les enseignant-e-s lors de situation de harcèlement scolaire, puisque la responsabilité de l’enseignant-e joue un rôle important dans la prévention et diminution du harcèlement scolaire, grâce à sa gestion de classe, ainsi qu’aux décisions qu’il-elle prend concernant, entre autres, le climat de la classe. Le but de la recherche est de voir si le sentiment d’efficacité personnelle des enseignant-e-s influence leurs interventions lors de situation de harcèlement. La présente recherche s’intéresse également aux deux types de harcèlement en les mettant en relation avec les pratiques enseignantes, afin d’observer si ces dernières varient en fonction du type de harcèlement qui se présente. Les données ont été récoltées auprès de 44 enseignant-e-s suisses romands ayant répondu à un questionnaire, portant des questions sur le sentiment d’efficacité personnelle (Tschannen-Moran et Woolfolk-Hoy, 2001), leur confrontation au harcèlement ainsi qu’une mise en situation à l’aide de vignettes (Craig et al., 2000). En outre, une partie du questionnaire porte sur 8 formes d’interventions que les enseignant-e-s pouvaient plus ou moins évaluer. La plupart des enseignant-e-s ont présenté un sentiment d’efficacité personnelle élevé ainsi qu’un niveau d’intervention constant dans les deux types de harcèlement scolaire. Un lien entre empathie et prise au sérieux du harcèlement a pu être mis en évidence. Enfin, l’hypothèse d’un lien entre le SAE et les pratiques enseignantes rapportées a été partiellement validée, dans la mesure où les enseignant-e-s qui se sentent plus compétent-e-s dans la dimension des stratégies d’enseignement du SAE sont plus enclins à proposer une discussion/médiation lorsque qu’ils-elles sont confronté-e-s à une situation de harcèlement.