Observation et discipline en classe

Gaber, Irina ; Calpini, Jean-Claude (Dir.)

Mémoire de master of advanced studies : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5322.

Dans une classe à réputation « difficile », nous avons utilisé l’observation factuelle pour comprendre mieux la dynamique de la classe. Nous avons voulu nous décentrer pour voir cette classe autrement. L’observation de toute la classe sur plusieurs semaines nous a montré que seulement 30% d’élèves participaient au dysfonctionnement de la classe tandis que la majorité suivait la... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Dans une classe à réputation « difficile », nous avons utilisé l’observation factuelle pour comprendre mieux la dynamique de la classe. Nous avons voulu nous décentrer pour voir cette classe autrement. L’observation de toute la classe sur plusieurs semaines nous a montré que seulement 30% d’élèves participaient au dysfonctionnement de la classe tandis que la majorité suivait la classe tranquillement. Une observation systématique de 6 élèves ayant accumulé des observations sur leur comportement a été faite en parallèle nous permettant de retrouver seulement 4 élèves dysfonctionnant en classe. Un travail de groupe a été mis en place à partir du mois de janvier, avec le but de créer un système d’entraide entre les élèves et de donner des rôles « positifs » à certains d’entre eux. Les élèves de haut niveau et 3 de niveau moyen ont été choisis comme leaders de ces groupes. Ils avaient comme tâche de montrer aux élèves du groupe leur façon de résoudre les exercices avec des éléments de métacognition et impliquer tous les élèves dans la discussion. Dans les groupes qui ont maintenu une communication saine et équilibrée, avec un leader stimulant et altruiste, les élèves ont vu leurs notes s’améliorer. Deux groupes se sont distanciés par rapport aux autres en ayant du début jusqu’à la fin une très bonne dynamique. Dans trois, on a dû intervenir pour recadrer, conseiller, ou laisser le leader se retirer pour redonner au groupe son utilité. Un seul groupe a échoué, en grande partie à cause du leader qui n’a pas pris l’occasion d’apporter du positif dans ce travail. Un autre élève s’est imposé comme leader en scindant le groupe en 2. Le travail de groupe a donné à certains un moment de partage bénéfique, transposé à la maison pour les devoirs de physique et de maths. L’observation nous a permis de passer de la catégorisation de classe « impossible » à une construction plus réelle d’une classe ayant plusieurs élèves perturbateurs. La classe, n’ayant pas la cohésion et l’unité nécessaires à un système efficace, n’a pas pu contenir le comportement de ces 4 élèves. Un travail nécessitant la contribution de chacun pour construire la cohésion de la classe, devrait être fait l’année prochaine avec l’ensemble des élèves. Les enseignants pourraient les accompagner pour transformer leur classe en un système avec des objectifs communs clairs et des moments de partage agréables. Cela aiderait les enseignants à reprendre leur rôle d’encadrants plutôt que de subir les comportements de ces élèves. L’observation factuelle pourrait être utilisée pour permettre aux élèves de prendre conscience de ce qu’ils font en classe. En leur montrant des faits, la discussion avec eux resterait sans jugement, constructive, leur permettant d’améliorer certains comportements. Des observations systématiques dans le temps sur ces comportements, serviraient à l’élève d’indice d’amélioration ou de rechute.