Ecrivain en herbe

Dürst, Marisa ; Panchout-Dubois, Martine (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2011 ; mp5042.

La plupart des didacticiens du français s’accordent aujourd’hui pour dire qu’il est nécessaire d’encourager la production de textes en même temps que l’apprentissage de la lecture. Pourtant, dans les classes du primaire, trop peu de place est accordée à l’écrit. Par crainte de la « faute » d’orthographe, beaucoup d’enseignants préfèrent mettre de côté la production de... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La plupart des didacticiens du français s’accordent aujourd’hui pour dire qu’il est nécessaire d’encourager la production de textes en même temps que l’apprentissage de la lecture. Pourtant, dans les classes du primaire, trop peu de place est accordée à l’écrit. Par crainte de la « faute » d’orthographe, beaucoup d’enseignants préfèrent mettre de côté la production de textes. Par ailleurs, force est de constater que les livres proposant des activités d’écriture destinées aux jeunes élèves ne sont pas légion. La majorité des ouvrages disponibles s’adressent surtout aux élèves du CYP2 et CYT (second cycle primaire dans la nomenclature HARMOS). Pour pallier en partie ce manque, j’ai décidé de créer Ecrivain en herbe. Ce livret, conçu comme des gammes d’écriture, est composé de quarante-et- une activités d’écriture brèves et ludiques. Il s’adresse tout particulièrement à des élèves de deuxième année primaire (quatrième dans la nomenclature HARMOS). Pour les besoins de cette recherche, il a été testé dans une classe lausannoise auprès de neuf élèves. Durant quatre mois, ces élèves ont réalisé deux à trois activités par semaine, chaque fois pendant une quinzaine de minutes. En plus d’écrire régulièrement, quatre d’entre eux ont répondu à un questionnaire en début et en fin de recherche. Ce questionnaire visait à obtenir des indices sur leurs représentations de l’écrit durant toute cette période. Quelle influence a eu cette pratique intensive d’écritures brèves sur leurs capacités à écrire ? A-t-elle modifié leurs représentations de l’écrit ? L’analyse des corpus permet de s’intéresser précisément à ses incidences sur la longueur de la production, la présence de la majuscule et du point, la pertinence des propos, l’organisation du texte, la correspondance phonèmes/graphèmes, la segmentation des phrases en mots et les accords déterminants/noms.