Réduction de dose par l'utilisation de CT-Calcium Score pour la correction d'atténuation des examens de PET cardiaque au 13N-NH3 : travail de Bachelor

Zamiri, Ali ; Andermatt, Yannick ; Schmid, Jérôme (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de santé Genève, 2017.

Objectifs : Nous avons étudié la perfusion myocardiques globale (PMg) chez des patients ayant bénéficié d’un examen de PET cardiaque au 13N-NH3. Deux techniques de correction d’atténuation (AC) différentes sont utilisées. La première méthode s’appuie sur une carte d’atténuation(AM) standard, obtenue à l’aide d’un CT-Scan. La deuxième, consiste à utiliser un examen... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Objectifs : Nous avons étudié la perfusion myocardiques globale (PMg) chez des patients ayant bénéficié d’un examen de PET cardiaque au 13N-NH3. Deux techniques de correction d’atténuation (AC) différentes sont utilisées. La première méthode s’appuie sur une carte d’atténuation(AM) standard, obtenue à l’aide d’un CT-Scan. La deuxième, consiste à utiliser un examen CT-Calcium Score (CS). Dès lors, c’est une correction d’attenuation issue d’un calcium score (CACS). Le but de l’étude est d’évaluer la cohérence entre ces deux méthodes de AC et de déterminer si les deux techniques sont équivalentes en terme de performance. Ainsi, nous pourrions remplacer la AM standard par la CACS et économiser un CT-Scan aux patients. Méthodologie : L’étude porte sur 32 patients cardiopathes ayant bénéficié d’un examen PET cardiaque au 13N-NH3. Nous avons utilisé trois logiciels dédiés à la cardiologie nucléaire pour déterminer la PMg à l’effort (STR) puis au repos (RST) ainsi que la réserve de flux coronaire (CFR) pour chacun des patients. Le logiciel de référence PMOD est comparé aux logiciels Kinetic et MBF. Nous avons analysé la PMg de ces 32 patients avec chacun des trois outils avec une AC standard, dans un premier temps, puis avec une CACS. Ainsi, il nous a été possible de comparer les résultats de ces deux techniques entre eux. Pour un même logiciel d’abord, puis entre les différents logiciels ensuite. Par ailleurs, une évaluation de la variabilité inter-opérateur à aussi été réalisée dans le but de tester la rigueure du protocole utilisé.