Suivi prénatal : les femmes ayant recours à la PMA ont-elles des besoins psychosociaux spécifiques ? : Travail de Bachelor

Aubert, Charlotte ; Capperon Watrinet, Charlotte ; Grosfort, Anthéa ; Delouane, Aurélie (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de santé Genève, 2017.

Introduction : Après la réussite d'une PMA, les femmes enceintes bénéficient d'un suivi prénatal classique, au même titre que celles enceintes spontanément. Or, il est reconnu qu'un parcours d'infertilité peut engendrer des anxiétés nouvelles pendant la grossesse. Objectif : Dépister les femmes enceintes suite à une PMA à risque d'anxiété et de dépression et identifier leurs... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Introduction : Après la réussite d'une PMA, les femmes enceintes bénéficient d'un suivi prénatal classique, au même titre que celles enceintes spontanément. Or, il est reconnu qu'un parcours d'infertilité peut engendrer des anxiétés nouvelles pendant la grossesse. Objectif : Dépister les femmes enceintes suite à une PMA à risque d'anxiété et de dépression et identifier leurs besoins pour leur proposer un suivi prénatal adéquat. Méthode : Revue de la littérature basée sur une analyse descriptive et critique de cinq articles scientifiques. Résultats : Différents facteurs influencent l'état psychique des femmes enceintes par PMA mais son évolution reste favorable au cours de la grossesse. Toutefois, ces femmes peuvent rencontrer des peurs spécifiques et manifester une anxiété plus élevée dans la période prénatale. Parmi les auteurs, il n'y a pas de consensus quant à une moins bonne capacité d'adaptation à la grossesse ou non. Conclusion : Il est reconnu que le recours à la PMA peut aggraver certaines prédispositions maternelles (biomédicales, sociodémographiques, psychologiques et émotionnelles). Néanmoins, ces femmes ne manifestent pas toutes des besoins psychosociaux spécifiques mais il est nécessaire d'identifier celles qui sont à risque d'anxiété et de dépression pour leur apporter un accompagnement prénatal adéquat. Cela serait possible grâce à la mise en place d'un dépistage systématique et la proposition d'un suivi prénatal approfondi. Les compétences de la sage-femme lui permettraient d'être la personne la plus adaptée pour prendre en charge cet accompagnement. Néanmoins, si la situation sort du cadre de la physiologie, un soutien pluridisciplinaire serait nécessaire.