Le sentiment de cohérence et le processus physiologique de la naissance : Travail de Bachelor

Bérard, Camille ; Bonny, Anaïs ; Razurel, Chantal (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de santé Genève, 2017.

Cadre de référence : Le respect du processus phyisologique de la naissance est devenu de plus en plus rare dans la société actuelle alors qu’il participe à diminuer de nombreuses morbidités pour la femme et le nouveau-né. Parmi les éléments qui peuvent influencer ce processus naturel, la femme elle-même semble jouer un rôle essentiel. Plus précisément, l’intensité de son... Mehr

Zum persönliche Liste hinzufügen
    Résumé
    Cadre de référence : Le respect du processus phyisologique de la naissance est devenu de plus en plus rare dans la société actuelle alors qu’il participe à diminuer de nombreuses morbidités pour la femme et le nouveau-né. Parmi les éléments qui peuvent influencer ce processus naturel, la femme elle-même semble jouer un rôle essentiel. Plus précisément, l’intensité de son sentiment de cohérence (SOC) pourrait influencer le déroulement de sa grossesse, de son accouchement, du post-partum et éventuellent la protéger de certaines complications obstétricales et psychologiques. But : Effectuer une revue de littérature pour déterminer dans quelle mesure un SOC élevé chez la femme enceinte peut favoriser la physiologie de la naissance. Méthode : À travers des bases de données d’articles scientifiques, 5 études récentes (<10 ans) ont été sélectionnées en fonction de leur pertinence avec la question de recherche. Elles ont fait l’objet d’une description, d’une analyse critique et d’une discussion en fonction de cinq thèmes définis. Résultats : Les résultats montrent qu’un SOC prénatal élevé chez la femme enceinte diminuerait significativement le risque d’accouchement par césarienne et qu’un SOC prénatal bas serait significativement corrélé avec un traitement pour menace d’accouchement prématuré (MAP) pendant la grossesse. Concernant la péridurale, son utilisation ne serait pas en lien direct avec le SOC de la femme. Les études montrent des résultats contradictoires sur la relation du SOC avec l’instrumentation et la provocation de l’accouchement. Par ailleurs, le stress perçu par les femmes et la peur de l’accouchement seraient significativement plus bas chez celles qui ont un SOC élevé. Enfin, un SOC prénatal élevé serait associé à une perception positive par la femme de son soutien social mais pas à la satisfaction de l’accouchement. Conclusion : Un SOC élevé chez la femme enceinte pourrait contribuer à favoriser la physiologie de la naissance en influençant de manière positive certains affects liés à des issues non physiologiques. Concernant les issues obstétricales en particulier, il semble que le SOC soit un facteur protecteur de la césarienne et du traitement pour MAP. Néanmoins, d’autres investigations sont encore nécessaires pour démontrer son impact sur différentes interventions médicales telles que la péridurale, l’instrumentation et la provocation de l’accouchement.
    Summary
    Background: The respect of the processus of birth physiology has become increasingly rare in actual society, even though it contributes to the decrease in women’s and newborn’s morbidity. Among elements which can influence this natural process, women seem to play a crucial role. In particular, the intensity of her sense of coherence (SOC) could influence the course of the pregnancy, the delivery and the postpartum, and might even prevent obstetrical and psychological complications. Aim: Conduct a literature review to determine to what extent a pregnant woman’s high SOC could promote birth physiology. Methods: Five recent articles (< 10 years old) were selected from a scientific database according to their relevance to the research question. These articles have been described, critically analysed and discussed in relation to five defined topics. Results: Results demonstrate that a high prenatal SOC for pregnant women significantly reduces the risk of caesarean delivery. Results also show that a low prenatal SOC significantly correlates with the treatment for threatened premature birth during pregnancy. SOC does not seem directly related to the use of epidural. Studies indicate contradictory results in regards to the relation between SOC with instrumentation and induction of labour. Furthermore, perceived stress and fear of childbirth (FOC) seem significantly reduced for a patient with a high SOC. Finally, a high prenatal SOC seems connected to a positive perception of social support, but not to the satisfaction of delivery. Conclusion: A high SOC for pregnant women seems to contribute to fostering birth physiology by positively impacting certain emotions related to non-physiological issues. In regards to obstetrical issues in particular, SOC seems to be a protective factor against caesarean births and treatment of threatened premature birth. However, further investigation remains necessary to demonstrate its impact on various medical interventions such as epidural, instrumentation and induction of labour.