La relation pédagogique biaise la vision qu'a l'enseignant des élèves, de la nature des relations qu'ils entretiennent et de la structure globale du groupe

Evard, Fanny ; Franceschini, Evane ; Losego, Philippe (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2016 ; mp6749.

L’élève est souvent pris en charge en tant qu’individu par l’enseignant. Les liens que les enfants entretiennent au sein de la classe et la dynamique de groupe ne sont que rarement considérés lors des aménagements proposés. Cette prise en charge influence directement le comportement des élèves. Elle dépend de plusieurs facteurs, notamment de la perception que le maître a de ses... More

Add to personal list
    Résumé
    L’élève est souvent pris en charge en tant qu’individu par l’enseignant. Les liens que les enfants entretiennent au sein de la classe et la dynamique de groupe ne sont que rarement considérés lors des aménagements proposés. Cette prise en charge influence directement le comportement des élèves. Elle dépend de plusieurs facteurs, notamment de la perception que le maître a de ses élèves. Notre recherche a consisté à analyser la vision de l’enseignant par rapport à ses élèves selon trois axes ; l’élève en tant que sujet, les relations qu’il tisse au sein du groupe ainsi que la cohésion de la classe. Pour déceler d’éventuels écarts de perception, nous avons créé deux réseaux. Le réseau réel représente les relations effectives qu’entretiennent les élèves. Le réseau imaginé, quant à lui, indique la façon dont l’enseignant visualise le groupe-classe. A partir d’un logiciel d’analyse de réseau, Gephi, la popularité des élèves, la nature des relations qu’ils entretiennent et la dynamique de la classe ont pu être calculées. Afin d’expliquer les écarts présents entre la réalité et l’image que s’en fait l’enseignant, nous avons analysé la relation pédagogique qu’il entretient avec les élèves concernés par ces différences. Nous avons pu établir la corrélation suivante : les élèves perçus positivement par l’enseignant ont tendance à être à la fois surestimés dans leur popularité ainsi que dans leurs liens d’amitié, et à la fois sous-estimés quant aux relations d’inimitié qu’ils entretiennent. D’autre part, les élèves considérés de manière plutôt négative par l’enseignant sont estimés moins populaires que dans la réalité, et entretenant plus de relations d’inimitié que d’amitié. Par ailleurs, la perception qu’a le maître de la cohésion de la classe varie selon la vision globale (positive ou négative) qu’il a de l’ensemble de la classe. En effet, il tend à voir une forte cohésion lorsqu’il apprécie majoritairement ses élèves. Par contre, lorsqu’il y a un nombre considérable d’élèves considérés négativement, il la perçoit plus faiblement. Nous constatons que la vision pédagogique qu’a l’enseignant de ses élèves influence sa perception de leur popularité, des relations qu’ils entretiennent et de la dynamique de classe. Ceci peut s’avérer problématique dans le cas, par exemple, où l’enseignant sous-estime grandement la popularité d’un élève et contribue à créer un phénomène de bouc émissaire envers cet enfant. Porter une attention particulière à ces éléments permet d’éviter, ou du moins de comprendre, ces débordements.