Cinq études de cas d’élèves de 5 à 6 ans pour différencier, identifier, verbaliser des émotions, des regards croisés pour promouvoir l’intégration de tous

Brugger, Carmen ; Clottu, Régine (Dir.)

Mémoire de master spécialisé : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2016 ; mp6741.

Pour favoriser l’intégration sociale de tous les élèves, j’ai imaginé proposer une intervention qui servirait à interroger et à construire l’environnement de la classe dans la visée d’une école inclusive. Afin d’élaborer la mise en place d'une petite formation spécifique, je me suis inspirée d'un programme américain, le PATHS (Promoting Alternative Thinking Strategies). Dans... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Pour favoriser l’intégration sociale de tous les élèves, j’ai imaginé proposer une intervention qui servirait à interroger et à construire l’environnement de la classe dans la visée d’une école inclusive. Afin d’élaborer la mise en place d'une petite formation spécifique, je me suis inspirée d'un programme américain, le PATHS (Promoting Alternative Thinking Strategies). Dans une première partie de ce programme, des activités sont proposées pour développer l’esprit critique et s’interroger sur des éléments de la vie en classe. Dans une seconde partie, les auteurs ont accordé une place importante au développement des connaissances liées aux émotions. Mes premières lectures m’ont rapidement amenée à constater l’importance du travail sur les émotions dans les relations sociales. Une intervention bi-hebdomadaire a été réalisée avec des élèves de 5 à 6 ans et a permis de développer leurs capacités à « identifier », « différencier » et « verbaliser » les émotions. Durant mon intervention, j’ai présenté de nombreuses émotions. Les caractéristiques de chacune ont été observées, notamment grâce à des dessins sur les expressions faciales. Avec les élèves, nous avons discuté de l’environnement qui provoque les émotions et aussi des comportements qui peuvent être acceptables ou non. Des mesures ont été effectuées sur les émotions de base : « Joie, tristesse, colère et peur » et sur les émotions plus complexes : « Surprise, embarras et fierté ». Des enregistrements ont permis de documenter la participation des élèves afin de me permettre de visualiser leur intérêt pour certains sujets et de vérifier dans quelle mesure ils ont été à la portée de ces derniers. Les émotions ont été placées au centre de ce travail de recherche afin de me permettre de mieux appréhender tout ce qui concerne leur apprentissage et me permettre d’améliorer aussi mon intervention auprès d’élèves atteints de troubles dans les habiletés sociales.