Quelles pratiques enseignantes sont mises en place, en classe, autour des personnages surnaturels comme le père Noël et la petite souris ?

Bürgin, Charlotte ; Gaillard, Danne ; Fawer Caputo, Christine (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école pédagogique du canton de Vaud, 2016 ; mp6722.

Ce mémoire s’intéresse aux pratiques enseignantes autour des personnages surnaturels liés à l’imaginaire enfantin comme le père Noël et la petite souris. Pour réaliser ce mémoire, nous avons interrogé 10 enseignants (neuf femmes et un homme) afin de faire comprendre leurs opinions et leurs représentations sur ces divers objets comme : leur représentation de la petite souris et du... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce mémoire s’intéresse aux pratiques enseignantes autour des personnages surnaturels liés à l’imaginaire enfantin comme le père Noël et la petite souris. Pour réaliser ce mémoire, nous avons interrogé 10 enseignants (neuf femmes et un homme) afin de faire comprendre leurs opinions et leurs représentations sur ces divers objets comme : leur représentation de la petite souris et du père Noël, leur importance concernant le développement de l’enfant, la gestion des conflits et diverses pistes d’action. Pour commencer, nous introduisons ce mémoire à l’aide de définitions des rites et rituels ainsi que de leurs différences. Par la suite, nous évoquons les diverses origines du père Noël et de la petite souris, exemplifiées à l’aide d’apports théoriques provenant de nos cours et de lectures. Par ailleurs, nous nous sommes questionnés sur la place qu’occupent ces personnages au sein de la classe et des pratiques enseignantes. Nous avons recherché pour quelles raisons les enseignants décident de les mettre en pratique et sous quelles formes. Nous avons aussi demandé aux praticiens s’ils étaient favorables ou non à la présence du père Noël et de la petite souris au sein de la classe. Comme les enseignants ont également recours à d’autres personnages surnaturels comme différents personnages issus de la littérature enfantine (lapin de Pâques, fées, sorcières, fantômes), nous les avons interrogés afin de savoir si un des personnages représentait une symbolisation plus forte ou non et s’ils avaient tous la même importance à leurs yeux. Nous avons également effectué des recherches dans la littérature scientifique pour approfondir nos constats et étayer nos apports afin de vérifier si ces personnages surnaturels avaient une influence sur le développement de l’enfant et quels en étaient les bienfaits ou les méfaits apportés. De plus, nous nous sommes penchés sur les contradictions diverses émanant de ces deux personnages afin de trouver des pistes d’action pour gérer les conflits concernant les élèves et les parents. Pour conclure, nous avons développé certaines pistes d’action proposées par les enseignants et les apports théoriques.