Les interactions du quotidien comme ressources pour l’évaluation des capacités langagières

Rodi, Mireille

In: Glossa, 2017, no. 120, p. 75-98

La démarche exposée, issue d’une méthodologie de type Evidence Base Practice (Durieux, Pasleau Maillart & Durieux, 2014, notamment) s’inscrit, à l’origine, dans une recherche personnelle d’efficience sur le plan des actes cliniques (bilans et thérapies des troubles du langage oral chez l’enfant) dans le contexte administratif suisse (canton de Fribourg)1.... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La démarche exposée, issue d’une méthodologie de type Evidence Base Practice (Durieux, Pasleau & Maillart, 2012 ; Maillart & Durieux, 2014, notamment) s’inscrit, à l’origine, dans une recherche personnelle d’efficience sur le plan des actes cliniques (bilans et thérapies des troubles du langage oral chez l’enfant) dans le contexte administratif suisse (canton de Fribourg)1. L’évaluation des capacités langagières de tout jeunes enfants confronte les interactants à des écueils de type contextuel que nous avons souhaité analyser (en référence au modèle d’analyse du discours : Bronckart, Bain, Schneuwly, Davaud & Pasquier, 1985), afin de les contourner. Dans ce cadre, nous décrivons un modèle d’évaluation des capacités langagières en 4 temps, en nous appuyant sur l’analyse d’interactions familiales. Nous exposons ensuite un mode d’interventions de type guidance, proposé aux parents. Nous concluons sur la nécessité pour le logopédiste/orthophoniste2 de définir une position méthodologique claire pour l’évaluation (Leloup, 2007) afin de conduire une démarche hypothético-déductive efficace menant à des hypothèses de diagnostic et des objectifs thérapeutiques.