Faculté des lettres et sciences humaines

La représentation du réfugié à travers le dessin de presse de Suisse romande : La "crise de l'asile" de 1989 à 1991

Boillat, David ; Piguet, Etienne (Dir.) ; Kaenel, Philippe (Codir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2017.

La « crise migratoire » apparaît depuis plusieurs années en Suisse et en Europe comme un sujet d’actualité brûlant. Elle inspire de nombreux dessinateurs de presse qui par leurs dessins suscitent l’intérêt de l’opinion publique. Expositions et ouvrages collectifs regroupent leurs œuvres pour aborder la thématique sensible et controversée des réfugiés. La mise en valeur de leurs... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La « crise migratoire » apparaît depuis plusieurs années en Suisse et en Europe comme un sujet d’actualité brûlant. Elle inspire de nombreux dessinateurs de presse qui par leurs dessins suscitent l’intérêt de l’opinion publique. Expositions et ouvrages collectifs regroupent leurs œuvres pour aborder la thématique sensible et controversée des réfugiés. La mise en valeur de leurs dessins s’observe déjà dans les années 1980, période marquée par une forte politisation de l’asile et la venue croissante de requérants. Entre 1989 et 1991, confrontée à un nombre record de demandes d’asile, la Suisse traverse sa première « crise de l’asile ».

    A travers les œuvres de sept caricaturistes bien connus des lecteurs de la presse romande, Barrigue, Burki, Casal, Chappatte, Elzingre, Pierre Reymond et Skyll, et sur la base d’entretiens réalisés avec ceux-ci, ce travail de mémoire cherche à comprendre comment ces dessinateurs ont perçu et illustré la thématique des réfugiés lors de la « crise de l’asile ».

    La représentation du réfugié dans le dessin de presse suisse remonte au début de la presse satirique. Du réfugié libéral allemand du XIXème siècle au « réfugié du Sud » à la fin des années 1970, les caricaturistes ont illustré différentes figures du réfugié représentatives des enjeux migratoires de leur époque. Cependant, le nombre de ces représentations visuelles a varié au fil du temps. L’analyse quantitative des dessins de Pierre Reymond démontre que le dessinateur réagit selon l’intensité du débat politique relatif à l’asile. Au cours des années 1980, le réfugié s’impose comme la « figure emblématique de l’étranger » dans la production graphique du caricaturiste genevois, place occupée les décennies précédentes par la figure du travailleur immigré. Lors de la « crise de l’asile », on retrouve parfois des dessins où ces deux types de figure se confondent. La réalité migratoire est en effet devenue particulièrement complexe. La provenance des réfugiés se diversifie et les dessinateurs privilégient les groupes les plus médiatisés. Dépeints la plupart du temps comme des victimes par les « artistes de presse », les réfugiés font face à des situations dramatiques. Par ailleurs, les dessinateurs emploient un « vocabulaire visuel » commun pour mettre en scène la figure du réfugié. Outre la fonction illustrative du dessin de presse, l’image reflète le point de vue de son créateur. La comparaison de dessins illustrant les mêmes faits d’actualité révèle des éléments de divergence et de convergence dans le discours des dessinateurs de presse.