Faculté des sciences économiques et sociales

海Umi : L’espace marin et les lieux de la mer selon les mythes, contes et légendes japonais

von Felten, Luca ; Lévy, Bertrand (Dir.)

Mémoire de bachelor : Université de Genève, 2012.

Le travail présent analyse qualitativement les caractéristiques attribuées à la mer par les récits populaires du Japon (couramment appelés « minwa »). Au travers de cette analyse, le travail essaie d’identifier l’expérience marine des Japonais ainsi que leur « vision de la mer ». L’hypothèse formulée de l’auteur affirme que les récits populaires 1) traduisent une expérience... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le travail présent analyse qualitativement les caractéristiques attribuées à la mer par les récits populaires du Japon (couramment appelés « minwa »). Au travers de cette analyse, le travail essaie d’identifier l’expérience marine des Japonais ainsi que leur « vision de la mer ». L’hypothèse formulée de l’auteur affirme que les récits populaires 1) traduisent une expérience humaine de l’environnement et 2) essaient de donner une cohérence à la vision du monde de la société qui a vécu cette expérience.
    Zusammenfassung
    Das vorliegende Forschungsprojekt untersucht mithilfe einer qualitativen Analyse wie das Meer in japanischen Volkserzählungen (genannt „Minwa“) dargestellt wird. Aus einem humanistisch-geographischen Gesichtspunkt, versucht es sowohl „Meer-Erlebnisse“ als auch „Meer-Anschauungen“ der Japaner zu umschreiben. Die vom Autor formulierte Hypothese schlägt vor, dass Volkserzählungen einerseits menschliche Wahrnehmung von Naturphänomenen übersetzen und andererseits eine geografische Weltanschauung zu bestätigen versuchen.
    Summary
    The present work investigates, based on qualitative analysis, the characteristics associated to sea in Japanese oral folk (there called the “minwa”). From humanistic geography’s point of view it seeks to sketch the Japanese’s sea-experiences as well as the Japanese’s sea-visions. The hypothesis formulated by the author suggests that oral folks 1) translate human experience of environment and 2) attempt to give coherence to the environmental world view of the community whose people’s experiences are translated.