Artothèque : sa pertinence et sa réalisation au sein d'une bibliothèque

Fallet, Laure ; Boder, Alexandre (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2012 ; TDB 2173.

En s’appuyant sur des études internationales, des visites d’établissements, des rencontres ou contacts avec des artistes, des autorités, des collectionneurs, des subventionneurs et des bibliothèques, ce travail peut affirmer les choses suivantes : Les secteurs artothèques ne sont pas encore nés dans les bibliothèques suisses, alors que le concept est répandu dans nos pays limitrophes,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En s’appuyant sur des études internationales, des visites d’établissements, des rencontres ou contacts avec des artistes, des autorités, des collectionneurs, des subventionneurs et des bibliothèques, ce travail peut affirmer les choses suivantes : Les secteurs artothèques ne sont pas encore nés dans les bibliothèques suisses, alors que le concept est répandu dans nos pays limitrophes, mais aussi aux Etats-Unis, au Canada et en Australie. Le constat est surprenant et l’enjeu est ici de faire naître ces institutions dans les bibliothèques suisses romandes. Une présentation des artothèques signe le début de ce travail. Devant la méconnaissance du phénomène, le travail apporte une notion claire de ce qu’est une artothèque. Le panorama s'étend sur plusieurs continents : l’Europe, l’Amérique et l’Océanie. Les diverses structures, les missions, les avantages et les difficultés font l’objet d’une étude attentive afin de bien cerner de quelle manière et dans quelles conditions le secteur artothèque peut prendre naissance dans une bibliothèque suisse romande. La première partie sert donc d’outil référentiel des artothèques de par le monde et constate une multitude de structures regroupées sous la bannière artothèque. L’étude du rôle spécifique de l’artothèque au sein d’une bibliothèque ainsi que l’étude du contexte financier et politique de la Suisse romande accompagnent la première démarche et constituent le second volet du travail. Il en résulte que la formule en bibliothèque est préférable à la Suisse romande. Fort de toutes ces informations, la suite du travail donne naissance à une liste de critères dont les bibliothèques peuvent se servir comme fascicule. Celui-ci permet aux bibliothèques de se positionner quant à la possibilité de créer ou non une artothèque en leur sein. Hormis la mission, la plupart sont d’ordre gestionnels. Si les points sont nombreux, il n’est pas trop difficile d’y répondre. Un cas de figure met un point final à ce travail. La pratique vient se frotter à la théorie en confrontant la liste des critères avec le contexte réel d’une institution : la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds. Cette dernière semble l’endroit adéquat pour tenter la première expérience Suisse romande. La bibliothèque possède l’infrastructure, l'expérience de pionnière et l’envie d’accueillir la première artothèque. Le financement de la constitution d’un fonds pertinent et le budget annuel de fonctionnement restent pourtant fragiles et nécessitent d’avoir des soutiens multiples.