La pensée dominante dans la politique de la petite enfance en France

Mallard, Hélène ; Hanson, Karl (Dir.)

Mémoire de master : Institut universitaire Kurt Bösch, 2012.

La France est un des pays européens au plus fort taux de fécondité. Les jeunes enfants sont toujours plus nombreux et représentent donc un enjeu pour les pouvoirs politiques français. Ce travail a pour but d’analyser le discours des autorités à l’égard des enfants de moins de six ans, ce qu’on appelle la petite enfance. L’analyse de différents documents de la politique de la... More

Add to personal list
    Résumé
    La France est un des pays européens au plus fort taux de fécondité. Les jeunes enfants sont toujours plus nombreux et représentent donc un enjeu pour les pouvoirs politiques français. Ce travail a pour but d’analyser le discours des autorités à l’égard des enfants de moins de six ans, ce qu’on appelle la petite enfance. L’analyse de différents documents de la politique de la petite enfance, triangulée avec les apports théoriques et les textes de référence, tels que la Convention des nations unies relative aux droits de l’enfant de 1989, amène à différentes conclusions sur l’attitude des politiciens à l’égard/à l’encontre des jeunes enfants. Entre protection et émancipation quel est le choix des politiques qui s’applique aux moins de six ans ? Les « tout-petits » sont-ils considérés comme des citoyens à part entière ? Après clarification des dimensions qui composent la politique de la petite enfance, en France, les débats sur les rapports d’ « expertise » controversés qui visent à établir des liens entre troubles comportementaux et délinquance juvénile, révèlent l’ambivalence qui réside dans cette problématique. Tout au long de ce mémoire de recherche, le paradoxe entre l’image de l’enfance en danger et de l’enfance dangereuse est révélateur de choix politiques particuliers qui vont vers un durcissement de la politique sécuritaire et de la politique de l’immigration dans le but de prévenir des phénomènes de délinquance.