Travail social

L'avenir du passé Yéniche : témoignages de personnes touchées par l'œuvre des enfants de la Grand-Route

Petter, Vinciane ; Berthod, Marc-Antoine (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2011.

Etre nomade parmi les sédentaires a valu aux Yéniches et, plus globalement, aux «Tsiganes», de nombreuses pratiques discriminatoires et racistes. Ce document a pour objet un volet intérieur de la «politique tsigane» menée par la Suisse. Alors que ses frontières seront fermées aux Roms, Sintis et autres groupes nomades étrangers jusqu’en 1972 – malgré le péril que représentait un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Etre nomade parmi les sédentaires a valu aux Yéniches et, plus globalement, aux «Tsiganes», de nombreuses pratiques discriminatoires et racistes. Ce document a pour objet un volet intérieur de la «politique tsigane» menée par la Suisse. Alors que ses frontières seront fermées aux Roms, Sintis et autres groupes nomades étrangers jusqu’en 1972 – malgré le péril que représentait un renvoi vers l’Allemagne nazie –, la Suisse choisit la sédentarisation forcée pour ses «Tsiganes». Elle procède, entre 1926 et 1973, au retrait systématique d’enfants yéniches à leurs parents et à leur mise sous tutelle. Les services sociaux ainsi que les organes de tutelles sont impliqués dans cette action connue sous le nom d’Oeuvre des Enfants de la Grand-Route. Sorte d’antithèse de leurs concitoyens sédentaires, les Yéniches ont été une cible de choix de la politique d’assistance de l’époque. Quel est l’impact de cette action aujourd’hui ? Comment ont-ils «géré» ce vécu ? Comment se définissent-ils à présent et de quelle manière ontils construit leur propre rapport à l’histoire ? Quel regard portent-ils sur les institutions sociales ? Telles sont les questions qui ont orienté ce travail. Ce document a la particularité de compléter l’histoire traditionnelle en alliant sources écrites et orales. Il restitue, par extraits, le précieux témoignage de personnes touchées par l’Oeuvre des Enfants de la Grand-Route. Ces récits apportent des renseignements sur leurs ressentis et leurs représentations. Ils viennent également nourrir diverses thématiques comme celle du fragile équilibre entre intégrité et intégration. Si cette étude s’intéresse aux faits de l’histoire en matière d’exclusion et de racisme, elle n’en demeure pas moins un document d’actualité. D’une part, le doublet méfiance et crainte marque toujours les relations entre sédentaires et voyageurs. D’autre part, ladite étude s’efforce de comprendre par quel mécanisme on a pu considérer les Yéniches comme une exception à l’égalité promise. L’espoir qui anime cette démarche est qu’elle pourra concourir à davantage d’ouverture envers cet Autre, nomade ou sédentaire, qui sert de cible au racisme ou aux préjugés. Enfin, ce document contient quelques propositions pour que le travailleur social ne soit plus jamais associé à un ennemi redoutable par les Yéniches.