Travail social

La violence amoureuse dans les relations amoureuses chez les adolescents : comment aider les jeunes victimes institutionnalisées à se reconstruire?

Délèze, Aurélie ; Jaggi, Jennifer ; Lorenz, Susanne (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2011.

De nos jours, la violence dans les relations amoureuses chez les adolescents est un sujet tabou, voire effrayant. Les adolescents ont une propension de plus en plus forte à l’agressivité, notamment de par ce qui leur est transmis par le biais et au travers des médias, des jeux vidéo, etc. De ce fait, leurs relations interpersonnelles s’en trouvent passablement influencées et,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    De nos jours, la violence dans les relations amoureuses chez les adolescents est un sujet tabou, voire effrayant. Les adolescents ont une propension de plus en plus forte à l’agressivité, notamment de par ce qui leur est transmis par le biais et au travers des médias, des jeux vidéo, etc. De ce fait, leurs relations interpersonnelles s’en trouvent passablement influencées et, conséquemment, perturbées. Ces raisons impliquent que les professionnels ont de la difficulté à mettre en place des stratégies lorsqu’ils sont confrontés à des situations de violences. Ce Travail de Bachelor concerne la violence au sein des couples d’adolescents âgés entre quinze et vingt ans. Nous avons centré notre recherche sur l’avenir des filles qui en sont victimes. De ce fait, nous avons rencontré divers professionnels du social et des psychologues travaillant - ou ayant travaillé - avec des jeunes afin de connaître leur façon d’appréhender le thème de la violence dans les relations amoureuses entre adolescents et les stratégies concrètes qu’ils mettent en place pour accompagner les jeunes femmes victimes. Le travail de réseau est essentiel dans l’accompagnement d’adolescentes victimes. Bien que les techniques utilisées soient différentes en fonction de la gravité de la situation de violence subie, des besoins et envies des victimes ou encore le statut du professionnel, tous les intervenants ont un but commun : permettre à ces adolescentes de prendre conscience des ressources qu’elles possèdent et trouver avec elles des solutions pour leur permettre de se reconstruire. De plus, les professionnels aident les victimes dans leurs démarches mais ne les effectuent pas à leur place. Celles-ci doivent rester actrices de leur propre vie.