Travail social

Alzheimer : proches aidants et bénévoles de la Croix-Rouge Valais

Crettenand, Jasmina ; Solioz, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2011.

Avec l’augmentation de la population âgée, nous constatons une hausse de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’autres démences. Ces affections sont dégénératives et nécessitent une prise en charge. Il n’est pas rare que cette dernière soit, au départ, assurée par des proches aidants. Néanmoins, entrer dans une telle situation d’aide peut entrainer des... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Avec l’augmentation de la population âgée, nous constatons une hausse de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’autres démences. Ces affections sont dégénératives et nécessitent une prise en charge. Il n’est pas rare que cette dernière soit, au départ, assurée par des proches aidants. Néanmoins, entrer dans une telle situation d’aide peut entrainer des conséquences plus ou moins lourdes à supporter. Afin de soulager ces aidants, la Croix-Rouge Valais a mis sur pied un service d’aide aux proches dont le but est de prévenir les situations d’épuisement chez les proches aidants. Partant de cette problématique, nous nous sommes demandés en quoi le quotidien des proches aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou autres démences pouvait se transformer après avoir eu recours au service d’aide aux proches de la Croix-Rouge Valais. Nos objectifs sont de comprendre l’implication et les répercussions chez les proches aidants tout en analysant les transformations possibles suite à une demande d’aide. Ce travail de recherche a également pour objectif de mieux comprendre les relations d’aide ainsi que l’intervention d’un tiers dans un système familial. Nos hypothèses de départ reposaient sur le fait que le quotidien des proches aidants se transformait dans la mesure où ces derniers ressentaient moins de stress et se sentaient soutenus. Toutefois, nous avons émis l’hypothèse que les proches aidants vivaient l’intervention d’un tierce personne dans leur système familial comme intrusive et provoquant plus de stress. Afin de répondre à notre question de départ, nous avons interrogé six proches aidantes ayant recours au service d’aide aux proches de la Croix-Rouge Valais. Afin de mener à bien ces entrevues, nous avons construit une grille d’entretien semi-directive. Toutes les entrevues ont été enregistrées puis retranscrites afin de ne pas déformer les propos tenus lors de l’analyse des résultats. Suite à cette analyse, il s’est avéré que l’intervention du service d’aide aux proches de la Croix-Rouge Valais permettait une amélioration du quotidien des aidantes. En effet, ces dernières se sentent reconnues, soulagées, moins stressées et ressentent moins de culpabilité qu’auparavant. Cela améliore donc leur bien-être.