Analyse de la pertinence de l'utilisation de la volatilité sur le SMI

Kirsch, Christopher ; Ruiz, Frédéric (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2011 ; TDEE 118.

Le risque est une notion abstraite pour laquelle chaque homme se forge sa propre définition. Effectivement, chaque individu, selon son éducation et ses expériences, perçoit le risque différemment. Couramment assimilé à une situation dommageable, le risque peut être pourtant source de bénéfice. Cette croyance est particulièrement partagée dans le domaine de la finance où la gestion du... Di più

Aggiungi alla tua lista
    Résumé
    Le risque est une notion abstraite pour laquelle chaque homme se forge sa propre définition. Effectivement, chaque individu, selon son éducation et ses expériences, perçoit le risque différemment. Couramment assimilé à une situation dommageable, le risque peut être pourtant source de bénéfice. Cette croyance est particulièrement partagée dans le domaine de la finance où la gestion du risque est devenue un véritable savoir-faire. Cependant, se fondant continuellement sur des théories statistiques pour guider leurs choix d’investissement, les intermédiaires financiers oublient parfois que l’histoire regorge de grands préceptes démentis. Inlassablement utilisée en finance, la volatilité est sans doute la plus appréciée des mesures statistiques quand il s’agit d’évaluer le risque d’un actif. Mais cet outil est-il vraiment si performant ? L’objectif de ce mémoire est d’analyser la pertinence de l’utilisation de la volatilité quant à la décision d’un investissement futur. L’univers d’actifs étant de composition aussi étendue et complexe que l’univers stellaire, les recherches entreprises dans ce document se limitent au Swiss Market Index (SMI). Les résultats de l'étude démontrent, sans surprise, qu'aucun modèle testé de volatilité estimée à l'instant présent peut être considéré comme une vérité absolue de l'avenir. Pire, l'intégralité des modèles étudiés s'avère être de piètres indicateurs quant à la future volatilité réalisée. Assurément, certains modèles disposent d’une fiabilité de prédiction supérieure à d’autres, comme la volatilité implicite par exemple. Mais les résultats obtenus proscrivent fortement de vouer une confiance totale dans un seul et même modèle lors de la sélection des actifs. Ils suggèrent, au contraire, l’utilisation parallèle de la volatilité historique et de la volatilité implicite afin d’améliorer l’estimation de la future volatilité réalisée. Par ailleurs, pour conforter ses choix d’investissement, l’utilisation d’un maximum d’indicateurs, différents de la volatilité mais complémentaires dans l’évaluation du risque d’un actif, semble être de bonne augure.