Les stratégies d’autorégulation volitionnelles en classe de soutien : rester dans la tâche sans se désengager

Léchot, Virginie ; Rosciano, Raffaella (Dir.)

Mémoire de master : Haute école pédagogique BEJUNE, 2016.

Les élèves en difficulté scolaire présents dans le groupe de soutien présentent souvent des problèmes de décrochage durant la réalisation des tâches. De ce fait, ils peinent à terminer les travaux demandés et prennent du retard dans le programme scolaire des classes régulières. Est-ce que le groupe de soutien est une finalité obligatoire pour des élèves décrocheurs ? Ce travail... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Les élèves en difficulté scolaire présents dans le groupe de soutien présentent souvent des problèmes de décrochage durant la réalisation des tâches. De ce fait, ils peinent à terminer les travaux demandés et prennent du retard dans le programme scolaire des classes régulières. Est-ce que le groupe de soutien est une finalité obligatoire pour des élèves décrocheurs ? Ce travail s’intéresse aux stratégies d’autorégulation et plus particulièrement aux stratégies d’autorégulation volitionnelles identifiées par Cosnefroy (Cosnefroy & Harmattan, 2010) qui permettent, par une utilisation efficiente, d’atteindre le but initial. Afin d’identifier les stratégies volitionnelles déjà présentes et employées, les élèves du groupe de soutien ont effectué une compréhension écrite, servant de pré-test, qui a été filmée. Puis, une discussion entre pairs a permis d’obtenir des indications de leurs façons de faire en rendant les élèves actifs. Ce moment d’auto-confrontation a donné aux élèves la possibilité de se questionner spontanément sur leurs manières d’agir sans être dirigés par le regard de l’enseignant. Ce travail a permis de sélectionner trois stratégies qui ont par la suite été entraînées en ateliers, durant plusieurs semaines, selon l’étayage de Bruner (1983). Les ateliers se sont articulés en trois temps distincts, c’est-à-dire : une explication théorique, du modeling et un accompagnement progressif dans la réalisation de la tâche. Suite aux ateliers, les élèves ont réalisé une nouvelle compréhension écrite filmée servant de post-test et ont, à nouveau, été confrontés à leur vidéo durant un moment de discussion entre pairs. Les résultats de ce travail montrent que ce ne sont pas tant les stratégies d’autorégulation qui comptent, mais plutôt la manière de procéder qui peut passer par les stratégies, selon où se situent les difficultés de chacun. L’auto-observation des élèves de leur propre fonctionnement comparé à celui de leurs pairs leur a permis de mieux comprendre leurs besoins et ainsi de demander avec plus de précision de l’aide, des outils afin de dépasser les obstacles et d’arriver au terme de la tâche demandée.