Faculté des lettres et sciences humaines

"On connaît la musique?" : un regard socioculturel sur le travail des musiciens

Diep, Alexandre ; Zittoun, Tania (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2011.

Ce mémoire s'intéresse aux pratiques professionnelles de 5 musiciens sous l'angle d'une psychologie socioculturelle. Inspiré par l'analyse de l'activité en psychologie française du travail représentée par Clot, nous avons emprunté les notions de genre et de style d'activité que nous considérons comme des ressources professionnelles. Le concept de ressource symbolique et le modèle de... Di più

Aggiungi alla tua lista
    Résumé
    Ce mémoire s'intéresse aux pratiques professionnelles de 5 musiciens sous l'angle d'une psychologie socioculturelle. Inspiré par l'analyse de l'activité en psychologie française du travail représentée par Clot, nous avons emprunté les notions de genre et de style d'activité que nous considérons comme des ressources professionnelles. Le concept de ressource symbolique et le modèle de Zittoun en psychologie culturelle des transitions ont été utilisés pour prendre en compte la dimension sémiotique caractéristique, selon nous, des arts expressifs. D'autres apports théoriques, comme la psychologie de l'expérience optimale et certaines théories de la créativité (notamment la notion de référent) sont venus compléter notre perspective. La méthode d'autoconfrontation développée par Clot a été combinée à un entretien semi-directif. Les participants ont été filmés dans leur pratique individuelle. La vidéo leur a été montrée et ils l'ont commentée. L'interviewer a posé des questions orientées sur l'utilisation des différentes ressources présupposées de manière à les aider à expliciter les processus sous-jacents auxquels ils font appel. De nombreuses articulations théoriques ont été mises en évidence et analysées réciproquement. Les ressources professionnelles du genre englobent la majeure partie des ressources utilisées, à laquelle s'ajoute un usage de référents significatif. Les ressources symboliques ont aussi contribué au travail des musiciens de plusieurs manières. Toutefois, les entretiens ont montré un rôle chez celles-ci moindre ou différent dans la construction sémiotique de la musique que celui que nous avions anticipé. Nos résultats nous amènent à penser que le travail sur les qualités esthétiques de la musique est en fait prioritaire sur l'intention musicale de construire une signification sous-jacente, alors même que les interviewés accordent réellement de l'importance à cette dernière. Après discussion des limites théoriques et méthodologiques de notre recherche, nous proposons plusieurs pistes de réflexion.