Les représentations des infirmier-ère-s face aux troubles psychiatriques : quels enjeux pour les soins ? : revue de la littérature

GANDER, Manuela ; GUERNE, Aurélie ; Burnand, Dominig (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de la Santé La Source, 2011.

Lors de nos stages respectifs, nous avons pu observer que les attitudes des infirmières étaient quelque peu différentes vis-à-vis des patients présentant des troubles psychiatriques par rapport à ceux qui n'avaient pas un tel diagnostic. Cela nous a questionnées et nous nous sommes interrogées sur la fréquence de telles attitudes et sur les répercussions qu'elles pouvaient avoir sur la... Di più

Aggiungi alla tua lista
    Résumé
    Lors de nos stages respectifs, nous avons pu observer que les attitudes des infirmières étaient quelque peu différentes vis-à-vis des patients présentant des troubles psychiatriques par rapport à ceux qui n'avaient pas un tel diagnostic. Cela nous a questionnées et nous nous sommes interrogées sur la fréquence de telles attitudes et sur les répercussions qu'elles pouvaient avoir sur la prise en soins de ces patients. Notre hypothèse est que les représentations des infirmières pourraient expliquer ces différences d'attitudes. Au travers d'une revue de la littérature scientifique, nous explorons les représentations des infirmières travaillant en milieu somatique par rapport aux patients souffrant de troubles psychiatriques. Pour effectuer notre recherche de documents, nous avons principalement utilisé les bases de données CINAHL et Medline PubMed en utilisant des mots-clé tels que « mental illness », « representations », « stigma », « nursing » et « general hospital ». Nous avons défini certains critères d'inclusion pour la sélection des documents et avons, au final, retenu huit articles que nous jugeons pertinents pour cette revue de littérature. Les résultats de ces études nous ont particulièrement étonnées. En effet, le consensus indique que les infirmières ont des représentations semblables à celles de la population générale, et que celles-ci sont plutôt négatives. Il existe des sentiments de peur et de blâme chez les infirmières menant à l'évitement des patients souffrant de troubles psychiatriques. Le manque de ressources et de formation, signalé par les soignants, contribue également à cette peur. Le soutien émotionnel, pratique et éducatif, bien qu'étant essentiel, est limité. Une dichotomie entre le « physique » et le « psychiatrique » est présente et engendre une vision réduite de leur rôle par les infirmières ainsi qu'une fragmentation des soins. Seule une étude se pose à contre-courant de cette tendance, et présente des résultats plus positifs. Les résultats des études que nous avons analysées émettent plusieurs recommandations concernant principalement la formation des infirmières, l'apport de soutien ainsi que la collaboration avec des personnes spécialisées en santé mentale et, à ces éléments, nous ajouterons également l'importance de la connaissance de soi.