Les adolescents aux urgences : quels sont les moyens ou les mesures envisagées par les infirmières pour identifier les comportements à risque chez des adolescents admis aux urgences afin de diminuer les récidives ?

CARVALHO, Tania ; Jeanguenat, Michel (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de la Santé La Source, 2011.

Ce travail de Bachelor repose sur la problématique des adolescents aux comportements à risques se retrouvant aux urgences et dont le risque de récidive est présent. Mon questionnement se pose au niveau des infirmières des urgences et sur les moyens ou les mesures qu’elles ont afin d’identifier ces adolescents dont les comportements à risques répétitifs sont souvent une forme... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail de Bachelor repose sur la problématique des adolescents aux comportements à risques se retrouvant aux urgences et dont le risque de récidive est présent. Mon questionnement se pose au niveau des infirmières des urgences et sur les moyens ou les mesures qu’elles ont afin d’identifier ces adolescents dont les comportements à risques répétitifs sont souvent une forme d’exprimer leur souffrance. Ma question de recherche est formulée de la manière suivante : Quels sont les moyens ou les mesures envisagées par les infirmières pour identifier les comportements à risque chez des adolescents admis aux urgences afin de diminuer les récidives ? Tout au long de ce travail, j’ai essayé de répondre à cette question à l’aide d’articles de recherches scientifiques que j’ai soigneusement choisi et analysé à l’aide de la grille du BTEC. Grâce à cela, j’ai pu observer que ma problématique et mon questionnement était un problème d’actualité dont plusieurs professionnels ont essayé de mettre en place des moyens d’identification et d’intervention dans les services d’urgence somatique sans augmenter la charge de travail du personnel soignant. Par des recherches d’articles scientifiques, j’ai pu identifier 7 articles pertinents en lien avec ma problématique. Ces recherches se sont toutes passées dans des services d’urgences somatiques aux Etats-Unis et en France, ainsi que sur plusieurs comportements à risques des adolescents. Ces actes étaient de l’ordre de la violence, de l’alcool, de l’usage de substances illicites et les tentatives de suicides. D’autres études se sont concentrées sur les motifs d’admission aux urgences par les adolescents ainsi que l’évaluation des interventions au près de ces derniers. Les résultats indiquent que c’est une problématique d’actualité qui montrent bien la présence d’adolescents aux urgences pour des comportements à risques ainsi que des comportements répétitifs. Ils montrent également des facteurs sociaux, familiaux et autres qui influenceraient ces conduites. En comparant ces articles, des similitudes ressortaient de ceuxci et m’ont permis de distinguer les résultats et les pistes d’interventions. Les premiers résultats de recherches sur l’identification et les interventions faites auprès de ces jeunes montrent une bonne réceptivité de leur part, une identification des jeunes susceptible de récidiver et un début de changement de comportement parmi ceux ayant ce comportement. La plupart de ces adolescents dissimulent une souffrance au-delà de ces agissements, ce qu’ils n’arrivent parfois pas à exprimer et l’identification faite par les professionnels de la santé peut être difficile. Ces articles indiquent bien que l’on peut déjà intervenir dans des services d’urgence pour identifier ces adolescents, en essayant de ne pas augmenter la charge de travail des professionnels des urgences. Il est donc possible de pouvoir les reconnaître et intervenir auprès d’eux, que ce soit par des intervenants externes ou internes aux urgences et ainsi aider ces adolescents en souffrance.