Contribuer au soulagement de la douleur cancéreuse : une revue de littérature

Rossi, Sophie ; Rossel, Martine (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de la Santé La Source, 2011.

La douleur non soulagée est un problème pour de nombreux patients atteints d’un cancer. En partant du principe que toute infirmière sera un jour amenée à s’occuper de patients souffrant d’un cancer, il est important d’explorer ce qui favorise une bonne gestion de la douleur dans le cadre de cette maladie. Au travers de cette revue de littérature, je me suis intéressée à la... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La douleur non soulagée est un problème pour de nombreux patients atteints d’un cancer. En partant du principe que toute infirmière sera un jour amenée à s’occuper de patients souffrant d’un cancer, il est important d’explorer ce qui favorise une bonne gestion de la douleur dans le cadre de cette maladie. Au travers de cette revue de littérature, je me suis intéressée à la douleur cancéreuse et à son soulagement à partir des deux questions de recherche suivantes : Comment l’infirmière peut-elle contribuer à un meilleur soulagement de la douleur cancéreuse en milieu hospitalier, eu égard aux attentes et besoins des patients ? De quelle manière, l’approche de la douleur des soins palliatifs peut-elle venir enrichir la pratique infirmière en soins aigus ? Sur la base des résultats de sept articles de recherche scientifique, j’ai pu constater que les attentes et besoins des patients en regard de la gestion de la douleur se situent en grande partie sur un plan relationnel. Une communication de qualité et une relation de confiance soignantsoigné semblent optimiser la gestion de la douleur. Il semble également important pour les patients que les infirmières aient des connaissances spécifiques en rapport avec la douleur et les traitements antalgiques et qu’elles les mobilisent afin de répondre à leurs questions. Enfin, j’ai pu identifier que les patients adressés à des équipes de soins palliatifs obtiennent de meilleurs résultats en terme de gestion de la douleur. Ces différents éléments me permettent de suggérer que l’infirmière doit développer et mobiliser des compétences variées afin de répondre aux besoins et attentes que les patients ont en relation avec la gestion de leur douleur. De plus, une approche multidimensionnelle de la douleur doit être adoptée afin de favoriser une meilleure gestion de celle-ci et dès lors, optimiser son soulagement.