Faculté des lettres et sciences humaines

Organisation de la gestion du risque lié au hooliganisme : l'accueil de supporters dans la ville de Neuchâtel

Hug, Justine ; Klauser, Francisco (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2012.

En Suisse, les violences liées au hooliganisme semblent augmenter, non tant en fréquence qu’en intensité. Leur médiatisation est également de plus en plus prolifique. Le phénomène est alors au centre des discussions et débats dans les sphères politiques et sportives suisses. De multiples mesures, de répression et de prévention, sont élaborées régulièrement par les différentes... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En Suisse, les violences liées au hooliganisme semblent augmenter, non tant en fréquence qu’en intensité. Leur médiatisation est également de plus en plus prolifique. Le phénomène est alors au centre des discussions et débats dans les sphères politiques et sportives suisses. De multiples mesures, de répression et de prévention, sont élaborées régulièrement par les différentes instances et acteurs concernés par cette problématique. Nous nous sommes alors demandé comment s’organise la gestion du risque lié au hooliganisme et, plus particulièrement, de quelle manière elle peut se développer et s’appliquer dans un lieu spécifique. Dans ce travail, nous cherchons donc à décrire et analyser l’organisation mise en place autour de la gestion des risques liés au hooliganisme. Nous avons affiné notre recherche en prenant une étude de cas précise, à savoir la ville de Neuchâtel. Grâce à plusieurs méthodes d’enquête, nous voulons saisir les différentes logiques qui jouent un rôle dans ce processus organisationnel ainsi que comprendre comment circulent des stratégies, pratiques et solutions élaborées dans le cadre de la lutte contre les violences lors de manifestations sportives à différents niveaux et contextes ainsi que par divers acteurs. Les principaux résultats montrent que les spécificités locales ne semblent pas jouer un rôle capital dans l’application de certains modèles et « bonnes pratiques ». Cependant, elles sont importantes et indispensables comme facteurs d’impulsion dans la recherche et la mise en place de nouvelles solutions et stratégies. Afin de saisir au mieux la manière dont doit s’organiser une lutte contre les violences dans le sport, il semble nécessaire de prendre en compte cinq axes différents qui s’imbriquent pour se compléter idéalement : les échelles, la temporalité, la spatialité, les instruments et les collaborations.