Face à un patient âgé atteint de troubles cognitifs et présentant une douleur chronique : quelles conditions favorables pour une réponse infirmière adaptée ?

Attout, Hafida ; Bakr, Nathalie ; Rendina, Patrizia ; Slassi, Khadija ; Zezzo, Elisabeth (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

Background : Le nombre de personnes âgées atteintes de troubles cognitifs est en augmentation et cela parallèlement aux polypathologies douloureuses associées au vieillissement. Alors comment évaluer la douleur chez ces patients dyscommunicants ? Quelle est alors la réponse infirmière à ce phénomène ? Objectif de la revue : L’objectif de cette revue est d’identifier les barrières... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Background : Le nombre de personnes âgées atteintes de troubles cognitifs est en augmentation et cela parallèlement aux polypathologies douloureuses associées au vieillissement. Alors comment évaluer la douleur chez ces patients dyscommunicants ? Quelle est alors la réponse infirmière à ce phénomène ? Objectif de la revue : L’objectif de cette revue est d’identifier les barrières empêchant une évaluation et un traitement adéquat de la douleur chez cette population fragilisée, ainsi que de proposer des interventions issues de la littérature scientifique permettant aux infirmières d’en prendre soin le mieux possible. Critères d’inclusion : Les publications entre 2000 et 2010. Les articles relatant les obstacles et proposant des interventions et/ou stratégies pertinentes pour la question de recherche. Stratégies de recherche d’articles : Une recherche sur deux bases de données CINHAL et PubMED et une dite manuelle (articles proposés par les auteurs ou recensés dans les bibliographies) a été effectuée. Cela a permis de répertorier 42 articles dont 10 ont été sélectionnés. Résultats : Les obstacles à l’évaluation adéquate de la douleur sont un manque de connaissance et de formation des soignants, une faible priorité accordée à celle-ci et une utilisation inadéquate des outils d’évaluation. Les stratégies proposées sont la collaboration en équipe pluridisciplinaire, l’observation clinique, les interventions relationnelles et le rôle d’advocacy auprès du patient. Conclusion : Partant d’un sujet très technique, il a été possible d’aborder les aspects éthiques et déontologiques de la profession infirmière et de rendre compte de l’importance du rôle autonome dans cette prise en soin.