Comparaison des réactions et attitudes de l'infirmière lors d'une demande d'euthanasie active directe dans un contexte légal et illégal

Crisinel, Marie ; Meusling, Cindy ; Kampel, Brigitte (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

Background : l’euthanasie confronte à des valeurs et des questionnements professionnels, mais aussi personnels face à la mort, au choix de mourir et à la souffrance tant physique que morale. Elle pousse ainsi à un débat éthique notamment en opposant l’autonomie avec les autres principes éthiques qui sont la bienfaisance, la non malfaisance et la justice. Objectif : l’objectif de ce... More

Add to personal list
    Résumé
    Background : l’euthanasie confronte à des valeurs et des questionnements professionnels, mais aussi personnels face à la mort, au choix de mourir et à la souffrance tant physique que morale. Elle pousse ainsi à un débat éthique notamment en opposant l’autonomie avec les autres principes éthiques qui sont la bienfaisance, la non malfaisance et la justice. Objectif : l’objectif de ce travail est d’identifier les attitudes et les réactions des infirmières lors d’une demande d’euthanasie active directe et de les comparer lorsque le soignant se trouve dans un contexte où la loi permet ou interdit cet acte. Méthode : les bases de données CINHAL et PubMED ont été utilisées. Les huit articles de recherche retenus proviennent de cette dernière. Ils sont issus de la Belgique, des Pays-Bas, de la Finlande, de l’Australie, de la Pologne et du Japon. De plus, ils concernent des infirmières ayant reçu une demande d’euthanasie active directe. Résultats : l’expérience, les valeurs et l’avis personnel, ainsi que la philosophie de vie sont les facteurs qui influencent majoritairement l’attitude et les sentiments de l’infirmière lors d’une demande d’euthanasie active directe. L’aspect légal ou illégal de cette pratique n’influence en rien la posture de l’infirmière. Conclusion : au-delà de ces résultats subsiste la question du rôle de l’infirmière dans le bien-être et l’accompagnement de la personne souffrant d’une maladie incurable en vue de diminuer les demandes d’euthanasie active directe.