Le traitement non-pharmacologique de la dépression dans la maladie d'Alzheimer, une prise en charge infirmière complexe

Maïkoff, Amandine ; Kampel, Brigitte (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

Introduction : L’espérance de vie augmente, et avec elle le nombre de personnes atteintes de démences. La dépression touchant souvent les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, surtout au stade modéré, la prise en soins de ces personnes doit tenir compte de ce problème. L’infirmière est, parmi les soignants, une professionnelle clé pour la mise en place d’interventions... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Introduction : L’espérance de vie augmente, et avec elle le nombre de personnes atteintes de démences. La dépression touchant souvent les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, surtout au stade modéré, la prise en soins de ces personnes doit tenir compte de ce problème. L’infirmière est, parmi les soignants, une professionnelle clé pour la mise en place d’interventions aidantes. Objectif : Identifier des interventions relevant du rôle autonome infirmier pouvant contribuer à limiter les effets de la dépression de personnes âgées atteintes de démence à un stade modéré et vivant en EMS. Méthode : La recherche sur les bases de données CINHAL et PubMed a aboutit à la sélection de six articles, provenant des Etats-Unis, d’Angleterre, de Suède et des Pays-Bas, proposant des interventions qui ont un impact sur l’humeur, la compétence en communication, la qualité de vie et les soignantes Résultats : cinq interventions, soit l’expression créative, la stimulation multi-sensorielle, la thérapie de type « conversation thérapeutique », l’exercice et la sensibilisation des soignants à la communication non-verbale. Conclusion : La prise en charge de la dépression chez la personne présentant une démence est complexe et ne peut pas être résolue par une seule intervention. De plus, les multiples facettes de ces pathologies rendent la validité des résultats incertaine. Néanmoins certaines interventions relevant du rôle autonome infirmier ont des effets positifs à court terme. Des conséquences positives sur les soignants sont également démontrées, avec la formation à l’expression créative et la sensibilisation à la communication non-verbale.