Tomographie à faisceau conique en radiologie dentaire : étude des doses aux patients

Lozano, Francisco José ; Miéville, Lorène ; Buchillier-Decka, Ina (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

Objectifs : Les installations de tomographie à faisceau conique (CBCT) devenant de plus en plus courantes dans les cabinets dentaires privés, il est important de pouvoir connaître les doses réellement délivrées au patient. Notre étude a comme principal objectif de réaliser des mesures dosimétriques sur trois CBCT afin de connaître et de comparer les doses délivrées par ces... Mehr

Zum persönliche Liste hinzufügen
    Résumé
    Objectifs : Les installations de tomographie à faisceau conique (CBCT) devenant de plus en plus courantes dans les cabinets dentaires privés, il est important de pouvoir connaître les doses réellement délivrées au patient. Notre étude a comme principal objectif de réaliser des mesures dosimétriques sur trois CBCT afin de connaître et de comparer les doses délivrées par ces installations en suisse romande. Méthodologie : Nous avons réalisé nos mesures à l’aide de détecteurs thermoluminescents (TLD) placés sur un fantôme anthropomorphe (Rando). Ces TLD ont été placés sur 22 sites reflétant les organes ou les tissus à risque. Le fantôme a été irradié à trois reprises pour chaque protocole de chaque installation (Galileos Comfort (Sirona), Newtom 3G (QR Verona), Veraviewepocs 3De (Morita)). Les doses effectives ont été calculées avec les recommandations ICRP 60 et 103. Résultats : En règle générale les organes les plus irradiés lors de ces examens sont les glandes salivaires, la muqueuse buccale, les voies respiratoires extra-thoraciques et les yeux. Les doses effectives varient entre 27 μSv et 66 μSv avec l’ICRP 60 et entre 53 μSv et 141 μSv avec l’ICRP 103. Les valeurs calculées avec l’ICRP 103 sont supérieures, en moyenne, de 86 %. Conclusion : Même si les doses délivrées lors d’un examen CBCT restent faibles par rapport à un Dentascan, elles ne sont toutefois pas négligeables et restent supérieures à celles d’un examen OPG.