Sucre ou allaitement maternel : antalgie du nouveau-né sain en maternité lors des prélèvements sanguins

Krumenacker, Clémence ; Millier, François ; Politis-Mercier, Maria-Pia (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé Vaud, 2011.

Objectif : Notre travail de recherche porte sur l’efficacité du sucre et de l’allaitement maternel comme moyen antalgique lors des prélèvements sanguins capillaires ou veineux chez le nouveau-né sain en maternité. Méthodologie : Nous avons effectué une revue de littérature non exhaustive à travers 7 études sélectionnées sur Pubmed et Cinhal. Si beaucoup de littérature existe sur... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Objectif : Notre travail de recherche porte sur l’efficacité du sucre et de l’allaitement maternel comme moyen antalgique lors des prélèvements sanguins capillaires ou veineux chez le nouveau-né sain en maternité. Méthodologie : Nous avons effectué une revue de littérature non exhaustive à travers 7 études sélectionnées sur Pubmed et Cinhal. Si beaucoup de littérature existe sur le prématuré ou le nouveau-né hospitalisé en néonatologie, peu d’études ont été réalisées sur le nouveau-né sain en maternité. Résultats et conclusion principale : Les études ont montré l’effet analgésique de l’allaitement maternel pour le nouveau-né sain lors de prélèvements sanguins et incitent à l’utilisation de cette technique lors de la réalisation des gestes douloureux mineurs chez le nouveau-né allaité. Un élément qui n’est pas encore connu est l’impact potentiel chez le nouveau-né de la répétition des gestes douloureux pratiqués avec un allaitement maternel concomitant. Bien qu’une étude récente remette en question l’efficacité du sucre, il semble prématuré de déconseiller son utilisation en l’état actuel des connaissances. Pour les enfants non allaités, l’utilisation des solutions sucrées concentrées associées à la succion non nutritive d’une tétine reste ainsi une alternative intéressante dans la prise en charge de la douleur lors des prélèvements sanguins.